Diaporama de Pablo Neruda.
Traitement des images, restauration, Guy Desmurs

Citation de Pablo Neruda

mercredi 24 février 2016

GLOSSAIRE DU CHANT GÉNÉRAL DE PABLO NERUDA

Ce glossaire est destiné à faciliter la lecture du Chant général. Nous n'avons pas cherché à faire œuvre d'érudition, mais simplement à éclairer certains textes de Pablo Neruda inspirés par l'histoire ou la géographie de l'Amérique latine. Celles-ci sont actuellement l'objet d'importantes recherches. et nombre de leurs éléments seront modifiés avec l'évolution des connaissances. Certains détails biographiques, en particulier, varient sensiblement selon les livres. Nous avons reproduit ceux généralement proposés par les dictionnaires spécialisés et les encyclopédies. 
Nous avons également essayé de définir ici les termes intraduisibles concernant la flore ou la faune de l'Amérique latine. 
Glossaire établi par Claude Couffon.
A

ADELANTADO: le plus haut représentant des pouvoirs politiques, militaires et judiciaires en Amérique pendant la période de la conquête et l'époque coloniale espagnole. 

ALACALUPHES : race presque disparue de Patagonie. 

ALBERDI (luan Bautista) : juriste, écrivain et homme politique argentin, né à Tucuman (1810-1884). Il influença par ses travaux les décisions de l'Assemblée Constituante de 1853. 

ALBERTI (Rafael) : célèbre poète et dramaturge andalou, né en 1902, à Puerto de Santa Maria, dans la baie de Cadix. Il a chanté son paysage natal dans un premier recueil: Marin à terre (1925). Après plusieurs áivres de poésie pure (L'Amante, 1926; L'Aube de la giroflée, 1927), il traversa une grave crise intellectuelle, écrivant les poèmes surréalistes de Sur les anges (1929). En 1934, il accueillit à Madrid Pablo Neruda qui, de 1927 à 1932, avait séjourné aux Indes. Communiste, il participa activement à la guerre et à la lutte antifranquiste. Après la chute de Madrid en 1939, il prit les chemins de l'exil, s'installant d'abord à Paris chez Pablo Neruda, puis à Buenos Aires, où il écrivit de beaux livres nostalgiques. Installé à Rome en 1964, il est rentré en Espagne en mai 1977 . « Je suis parti le poing fermé car c'était le temps de la guerre, et je rentre la main ouverte, tendue à l'amitié de tous », a-t-il déclaré à son arrivée à l'aéroport de Barajas. 


ALDUNATILLO (ALDUNATE, Raoul) : directeur de la revue Zig-Zag, finan-cée par sa femme, Maria Teresa Menendez, héritière d'une des plus importantes fortunes du Chili. L'origine de cette opulence serait l'ap- propriation de vastes territoires en Patagonie, après des massacres de petits propriétaires indiens. Aldunate etait officier de l'armée chi- lienne. 

ALMAGRO (Diego d') : né dans la province de Tolède en 1475, il fut le compagnon de Pizarre au Pérou et, en 1535, entreprit avec 500 hommes et de nombreux Indiens la conquête du Chili. Déçu de ne pas trouver d'or, il regagna le Pérou, où il se révolta contre Pizarre. Celui-ci le vainquit et le fit étrangler au Cuzco en 1538. Son fils  naturel, Diego, le vengea en tuant Pizarre à Lima, trois ans plus tard, mais il fut lui-même vaincu par Vaca de Castro, et décapité en 1542. . 

ALQUERIAS : fermes espagnoles. 

ALVARADO (Pedro de) : conquistador espagnol né à Badajoz en 1485, mort au cours d'une expédition contre les Indiens à Guadalajara (Mexique) en 1541. Il participa à la conquête de Cuba (1511), explora  les côtes du Yucatan en 1518, et accompagna Cortez au Mexique en 1519. En 1523, il conquit le Guatemala et le Salvador avec une armée de 750 Espagnols et 3 000 Indiens. Il fonda, le 25 juillet 1524, Santiago de los Caballeros de Guatemala. Sa cruauté lui valut le sur- nom d'Épervier d'Estrémadure. 

AMATITLAN: lac du Guatemala, à 1190 mètres d'altitude. 

ANAHUAC: nom donné à la vallée de Mexico avant l'arrivée des Espagnols. 

ANTISANA: volcan de l'Équateur, situé dans la Cordillère orientale (5 704 mètres).

ARAUCANS: peuples qui habitaient la pampa argentine let les régions du Chili situées entre les fleuves Bio-Bio et Valdivia. Le poète Alonso de Ercilla (1533-1594), ancien page de Philippe II, qui participa aux  dures campagnes de la conquête, a laissé sur les Araucans un célèbre poème équipe en trente-deux chants: L'Araucana. 

ARAUCARIA : conifère du Chili, qui peut atteindre une cinquantaine de mètres de haut. 

ARAÜCO : ancien nom du Chili. 

ARTIGAS (Josê Gervasio): général, né à Montevideo en 1764, fondateur de la nation uruguayenne. Il vainquit les Espagnols à la bataille de Las Piedras, le 18 mai 1811, et fit le siège de Montevideo. Opposé à l'action armée de l'Argentine, il se retira un temps avec ses partisans et des familles entières d'Indiens sur la rive droite de l'Uruguay, dans la province de Entre Rios, émigration collective connue dans l'histoire du Rio de la Plata sous le nom d'Exode du Peuple Oriental. Après la capitulation de Montevideo (1814), il continua de s'opposer aux Argentins et, prenant le titre de Protecteur, gouverna la Banda Oriental, nom donné à l'Uruguay à l'époque coloniale. En 1817, il combattit les Portugais qui envahirent le pays et occupèrent Montevideo, Le 23 septembre 1820, Artigas franchissait la frontière paraguayenne pour un exil définitif. Il mourut à Asuncion en 1850. 
ATAHUALPA: né en 1500. Fils cadet de l'Inca Huayna Capac et d'une concubine descendante des rois de Quito, il reçut à la mort de son père les territoires de l'Empire, dont Quito était la capitale. Son frère aîné, Huascar, contestant la succession, une guerre s'engagea. D'abord vaincu, puis victorieux, Atahualpa, comme Huascar, s'effor- ça d'obtenir l'alliance de Pizarre. Le conquistador, profitant de leur  rivalité, s'installa dans l'empire et fit prisonnier Atahualpa le 16 novembre 1532. Après l'avoir contraint à payer une forte rançon, il le fit condamner à mort et étrangler à Cajamarca (Pérou) en 1533. 

AUDIENCIA : organisme par lequel le roi d'Espagne administrait partielle- ment les territoires américains. L'audiencia intervenait dans les affai- res civiles et judiciaires, et dans la gestion des vice-rois, qu'elle pou- vait parfois destituer. Elle dépendait du Conseil des Indes. 

B 

BALBOA (Vasco Nufiez de): conquistador espagnol, né à [êrez en 1475. Parti de Saint-Domingue, il franchit le golfe et l'isthme de Darien, en Amérique centrale, et découvrit l'océan Pacifique, attiré par l'or du Sud. Il fut trahi par Pedrarias d'Avila, et décapité sur l'ordre de celui-ci à Acla, Panama, en 1517. 

BALMACEDA (josè Manuel): homme politique chilien, né en 1838. Ëlu président de la République en 1886) il s'employa à récupérer pour le Chili les mines de salpêtre, exploite es par des compagnies anglaises. A la suite d'un complot tramé par l'oligarchie, il se suicida le 19 septembre 1891. 

BELZU (Manuel Isidoro): général bolivien, né à La Paz en 1808. En 1848, il s'empara du pouvoir et exerça sa dictature jusqu'en 1855. En 1865, il se souleva contre le président Melgarejo et imposa son gouvernement, mais il fut assassiné quelques mois plus tard par son ancien rival. 

BILBAO (Francisco): écrivain et sociologue chilien (1823-1865). Il vécut 
en exil. 

BIO-BIO: fleuve du Chili, né dans les Andes, long de 380 kilomètres. Ses eaux et ses rives furent les paysages familiers de Pablo Neruda  durant son enfance (voir Mémorial de l'/le Noire). Boldo: arbuste toujours vert dont les feuilles sont utilisées en médecine pour des infusions soulageant les crises de foie et les maux d'esto- mac. 

BOLIVAR (Simon) : libertador vénézuélien, figure majeure de l'Indépen- dance, né à Caracas en 1783. Il participa au mouvement libérateur de 1810, mais, constatant que le Venezuela retombait sous le régime colonial, il se réfugia à Curaçao. Ayant constitué une armée, il fran- chit la cordillère des Andes, vainquit les royalistes à Boyaca (Colom- bie) en 1819, entra à Bogota où il proclama la République de Grande-Colombie, constituée par la Nouvelle-Grenade et le Venezuela, et dont il fut élu président. En 1822, à Guayaquil, il rencontra San Martin, qui renon~a à ses pouvoirs en sa faveur, et entra à Lima en 1823. En 1824, apres la victoire de Sucre à Ayacucho, il battit les Espagnols à J unin (Pérou), les chassant définitivement du territoire. Rentré à Bogota en 1827, il assista à la scission de la Colombie et du Venezuela, et à l'indépendance de l'Équateur. Voyant son œuvre se désagréger, il renonça au pouvoir en 1830 et se retira à Santa Marta, où il mourut le 17 septembre de la même année. 

BOYACA: région de Colombie, célèbre pour ses émeraudes. 

C

Canelo: arbre chilien de la famille des magnoliacées. Il peut atteindre quinze mètres de haut. 

CAPAC (Manco) : fondateur légendaire de l'Empire Inca et de la dynastie du même nom (XIIe siècle): Hualpa Capac, Capac Yupanqui, Huayna Capac ... Le dernier souverain, Manco Inca Yupanqui, après une série d'incidents avec les Espagnols, disparut et mourut assassiné dans des circonstances demeurées mystérieuses (1544 ?). 

CARDENAS (Lazaro) : général et homme politique mexicain, né à Jiquilpan (1895-1970). Elu président de la République en 1934, il conçut et appliqua un programme dynamique d'action démocratique, jusqu'en 1940. Il nationalisa l'industrie pétrolière et poursuivit la réfor- 
me agraire. 

CARIAS ANDINO (Tiburcio): général du Honduras (1876-1969). Il y exerça une dictature de triste mémoire, de 1933 à 1948. Le 6 juillet 1944, à San Pedro Sula, il écrasa dans le sang une manifestation 
pacifique qui demandait la mise en liberté de plusieurs centaines de prisonniers politiques, le retour de milliers d'expatriés et la reconnaissance de quelques libertés élémentaires. 

CARRERA (Iosê Miguel): né au Chili en 1786 dans une famille de patriotes} il lutta contre les forces royales et fut le premier président de la Republique chilienne en 1811. Vaincu à Rancagua avec ses partisans le 2 octobre 1814, il dut s'exiler en Argentine où il se fit guérillero pour combattre O'Higgins, avec lequel il ne s'entendait pas. Il mourut fusillé à Mendoza, en 1821. 

CASAS (Bartolomé de LAS): dominicain espagnol, né à Séville en 1474, mort en 1566. Il accompagna Christophe Colomb durant son premier voyage en Amérique et fut évêque de Chiapas (Mexique) en 1545. Il dénonça les abus des conquistadores et se fit le généreux défenseur des Indiens, ce qui lui valut d'être appelé l'Apôtre des Indes et le Protecteur des Indiens. Il est l'auteur d'ouvrages capitaux pour la connaissance de l'époque: Destruction des Indes (1552) et Histoire générale des Indes. 

CASTRO ALVES (Antonio de) : poète romantique brésilien (1847-1871), auteur de recueils à forte inspiration sociale (Fluctuantes écumes). Il consacra une grande partie de son œuvre et de ses activités à la lutte contre l'esclavage. 


CAUPOLICAN : cacique araucan qui organisa avec le jeune cacique Lautaro la résistance contre le conquistador Valdivia. Après la mort de ce dernier, il fut vaincu par Hurtado de Mendoza qui en 15581e fit périr dans d'atroces supplices sans qu'il prononce la moindre plainte (voir Valdivia). Ercilla raconte ses exploits dans L'Araucana. 

Cédron (esp: cedr6n) : plante verbénacée de l'Argentine, du Chili et du Pérou. Utilisée en médecine. 

CHANGOS: Indiens du nord du Chili, vivant principalement sur les côtes. Chercanes: petits oiseaux chanteurs du Chili. 

CHIBCHAS: importante tribu indienne qui vécut sur une grande partie du territoire actuel de la Colombie et du Venezuela. Au XVIe siècle, elle constituait deux royaumes: Tunja et Bogota. Très évoluée, elle possédait une métallurgie et des arts avancés. Elle offrit peu de résistance aux conquérants espagnols. 

CHICHEN ITZA : centre maya de l'Etat mexicain du Yucatan. Fondé aux environs du IXe siècle par les Indiens Itzas, il fut la capitale de l'Etat Mayatoltèque. Il est célèbre pour la beauté de ses monuments précolombiens. 

Chingolo : sorte de pinson du Chili et de quelques autres pays de l'Amérique du Sud. 

Cholitos : familièrement: Indiens. 

CHOLO : métis dans les traits et te caractère duquel dominent les éléments indiens (Bolivie, Chili, Equateur, Pérou, Costa Rica). 

CHOLULA : la ville sainte des Azteques. Elle avait 100 000 habitants avant la conquête espagnole. Elle conserve d'importants vestiges, notamment une très belle pyramide. 

CHUCAO : oiseau chanteur du Chili. On lui attribue le don de présager le destin du voyageur. S'il chante à sa droite, la route sera bonne; s'il chante à sa gauche, elle sera pleine d'embûches. 

CHUPÓN  : plante parasite, sorte de gui chilien. 

COMUNEROS : partisans qui se soulevèrent contre l'autorité de Charles Quint peu après son accession au trône d'Espagne, pour défendre les droits de la nation et les libertés municipales. 

COPIHUE : plante grimpante à fleurs rouges ou blanches. 

CORTEZ (Ferdinand) : conquistador espagnol, né à Medellin (Estréma- dure) en 1485, mort près de Séville en 1547. En 1504, il partit pour l'Amérique et résida a La Española, sous les ordres d'Ovando. Il participa ensuite à la conquête de Cuba avec Diego Velazquez (1511), qui le chargea d'organiser la conquête du Mexique. En février 1519, Cortez s'embarqua avec ses soldats à La Havane, se battit à Tabasco dans le golfe du Mexique et arriva à San Juan de Ulua. Avec 400 Espagnols, un millier de porteurs, une quinzaine de chevaux, dix canons lourds et quatre canons légers, il s'enfonça dans le pays en août 1519. Il désirait y rencontrer le légendaire empereur des Aztèques, Montezuma. Il battit les Indiens au cours d'une première rencontre à Tlaxcala. Il jouit d'un grand prestige auprès des populations indiennes après que son officier Diego de Ordaz eut fait avec dix hommes l'ascension du Popocatepetl (<< la Montagne qui fume », 5 452 mètres), alors en éruption. Il s'empara ensuite de Cholula et eut avec Montezuma les épisodes ici contés par Neruda. 

CROTA: allusion ironique au sénateur chilien d'extrême droite Rodriguez de la Sota. 

CUAUHTEMOC (ou GUATIMOZIN): dernier empereur aztèque (1495?- 1522). Il succéda en 1520 à son oncle Cuitlahuac. Il défendit héroïquement Mexico contre Cortez, mais fut vaincu et fait prisonnier. Il mourut pendu.

CUECA : danse populaire du Chili et de l'Argentine. 

CUNDINAMARCA : département de Colombie. Capitale: Bogota. Curupay: nom guarani d'un gommier du Paraguay, de l'Argentine et de la Bolivie. 

D

DAMASO (ALONSO, Damaso) : poète et critique espagnol, né à Madrid en 1898. On lui doit un important essai sur les Poètes espagnols contemporains. Il resta en Espagne après la guerre civile. 

DARIO (Ruben): célèbre poète d'Amérique latine, né à Metapa, au Nicaragua (1867-1916). Ses poésies lyriques, où l'on trouve parfois l'influence de Verlaine et du symbolisme français, sont à l'origine du mouvement « moderniste» qui allait modifier profondément la poésie espagnole et Iatino-américaine. Œuvres principales: Azur, Chants de vie et d'espérance. 

DELANO COKE. Gorge) : journaliste chilien de droite. Dessinateur et caricaturiste. 

Delgadilla: plante médicinale chilienne. 

Diuca: petit oiseau chanteur du Chili. 

Doca: plante grimpante à grandes fleurs roses. 

DUTRA (Eurico Gaspar) : militaire brésilien, né en 1885. Il fut président de la République de 1945 à 1950. 

E

ENCOMIENDA : institution coloniale espagnole en Amérique selon laquelle terres et Indiens étaient répartis entre les conquistadores. L'Indien devait travailler pour son maître, l'encomendero, lequel avait en principe le devoir de lui enseigner la doctrine chrétienne, de l'instruire et de le protéger. En fait, il s'agissait d'un véritable servage. 

ERCILLA y ZUNIGA (Alonso de) : capitaine et poète espagnol d'origine basque, né à Madrid en 1533. A partir de 1555, il participa à de nombreux combats et expéditions au Chili. De retour en Espagne, il écrivit et publia sa célèbre épopée sur la conquête du Chili: L'Araucana (Première partie: 1569 j Deuxième partie: 1589). Il mourut en 1594. 

ESTRADA CABRERA (Manuel): dictateur guatémaltèque (1857-1923), qui tint durant vingt-deux ans, de 1898 à 1920, le pays sous sa tyrannie. Il fut renversé par une coalition générale. Il servit de modèle à Miguel Angel Asturias pour son roman Monsieur le Président. 

F 

FALLAS (Carlos Luis): écrivain et homme politique costaricien (1909- 1966), auteur de romans sociaux: Marcos Ramirez, et surtout Mamita Yunaf(1941) dont Calero est l'un des protagonistes. 

FEDERICO (GARCIA LORCA) : né en 1898 à Fuentevaqueros (Grenade). Poète célèbre du Romancero gitan (1928), dramaturge de Noces de sang (1933); Yerma (1934), La Maison de Bernarda Alba (1936). Il fut exécuté le 19 août 1936 dans les ravins de Viznar, près de Grenade. 

FERNANDEZ Goaquin) : ministre chilien des Affaires etrangères sous la dictature de Gonzalez Videla. 

FRANCIA Gosé Gaspar RODRIGUEZ DE) : avocatet homme politique para- guayen, né à Asuncion en 1766. Admirateur de Rousseau, de Voltai re et de la Révolution française, il fut un des membres du triumvirat qui gouverna le Paraguay après l'Indépendance. En 1814, il se faisait nommer « Dictateur suprême de la Republique ", et en 1816 « Dictateur suprême perpétuel de la République du Paraguay •. Il décréta une série de reformes destinées à fortifier le jeune Etat contre l'aris- 
tocratie liée au régime colonial et à l'Église, développa l'agriculture, 
l'élevage et l'artisanat, mais se livra à de sauvages répressions contre 
ses adversaires politiques, jusqu'à sa mort en 1840. 

FRAY LUIS DE LEON: poète mystique du Siècle d'Or. Il fut emprisonné durant quatre ans en Espagne, de 1572 à 1576. 

FRONTIÈRE (la): nom donné à la région de pionniers de la forêt où Neruda passa son enfance. 

G 

GAITAN Gorge Eliecer): homme politique colombien. Orateur de talent, très populaire, il affronta l'oligarchie et se fit le défenseur des pauvres et des travailleurs. Le 9 avril 1948, alors que la IXe Conférence panaméricaine était réunie à Bogota, il fut assassiné en plein cœur de la ville. De graves troubles - incendies d'immeubles, pillages de magasins, prisons ouvertes .- agitèrent alors la capitale de la Colombie. 

GARCIA MORENO (Gabriel) : dictateur équatorien, né à Guayaquil en 1821. Il signa un concordat avec le Vatican et fit de l'Equateur un état théocratique et répressif. Il mourut assassiné à coups de machette devant le palais du gouvernement, le 6 août 1875, dans l'opposition générale. 

GARCILASO DE LA VEGA: poète espagnol (1501-1536), auteur de chansons, de sonnets, d'élégies et de trois Eglogues qui comptent parmi les plus beaux textes de la poésie hispanique. Il a chanté l'amour, le Tage et les paysans de Tolède, sa ville natale. Officier de l'armée espagnole, il fut mortellement blessé en tentant de prendre d'assaut la forteresse de Muy, près de Fréjus. 

GERARDO (DIEGO, Gerardo): poète espagnol, né à Santander en 1896. Il se rallia au franquisme. On lui doit de beaux poèmes sur la Castille et une remarquable anthologie de Poésie espagnole contemporaine (1901-1934). 

GOMEZ (Iuan Vicente) : dictateur vénézuélien, né en 1857 (?). Il prit le pouvoir en 1908 et le conserva pratiquement jusqu'à sa mort en 1935. L'exploitation commerciale du pétrole, à partir de 1917, permit à cet admirateur de Guillaume II de renforcer sa tyrannie grâce à des concessions faites à des compagnies étrangères. 

GOMEZ (Laureano): leader conservateur, admirateur de Hitler et de Mussolini; il exerça un pouvoir tyrannique sur la Colombie de 1949 à 1952. Sa « présidence» fut une période d'arbitraire, de répressions, de censure, d'anticommunisme délirant; elle vit pourtant se développer la guérilla amorcée avant son régime. 

GONGORA (Luis de) : poète précieux espagnol, célèbre pour le scintillement de ses images, la richesse de ses combinaisons rythmiques et de ses effets musicaux, et la complexité de certaines de ses compositions. On lui doit notamment La Fable de Polyphème et Galatée et les Solitudes. Né et mort à Cordoue (1561-1627), il y reçut une prébende en 1585. Il fut chapelain et aumônier de Philippe III. 

GONZALEZ CARBALHO (losé) : poète et écrivain argentin (1900-1958). Auteur de La Ville de l'aube. 

GONZALEZ VIDELA (Gabriel) : politicien chilien, né en 1898. Il fut élu président de la République en 1946, avec l'appui des communistes, après avoir eu Pablo Neruda comme responsable national de Propagande. Trahissant ses électeurs quelques mois plus tard, il s'attaqua à ses anciens alliés, rétablit (le 4 octobre 1947) la censure et traqua les communistes. Le 27 novembre 1947, Neruda dénonçait la situation dans une Lettre intime pour être lue par des millions d'hommes, publiée par El Nacional de Caracas, dirigé par Miguel Otero Silva. Videla saisit le prétexte pour engager des poursuites contre son auteur. Le 6 janvier 1948, Neruda prononçait devant le Sénat un discours aussitôt reproduit sous le titre J'accuse. Le 3 février, la Cour Suprême approuvait la décision de le radier de la liste des sénateurs. Le 5 février, les tribunaux ayant ordonné sa détention, Neruda entrait dans la clandestinité. Caché successivement chez différents militants, il écrivit alors le Chant général. Le 24 février 1949, il quittait le Chili en franchissant à cheval la Cordillère des Andes, avec une bouteille de vin et le manuscrit de son livre terminé. En 1952, le gouverne- ment de Carlos Ibaiiez mit fin à la dictature de Gonzalez Videla et rétablit les libertés démocratiques. Le mandat d'arrêt lancé contre le poète fut annulé et, le 12 août, il rentrait à Santiago. Il avait publié entre-temps à Mexico (1950) le Chant général. 

GONZALISÉE : voir ci-dessus. 

GRINGO : Terme péjoratif désignant les étrangers et notamment les Nord- 
Américains. 

GUANAHANI : nom indigène de la première île découverte par Christophe Colomb en 1492. Actuellement possession britannique de Watling. 

GUARANI: Indien du Paraguay. 

GUAYAQUIL: ville de l'Équateur où se rencontrèrent San Martin et Bolivar. Aprês cette entrevue, San Martin renonça à sa charge de Protecteur et se retira. 

GUILLEN (Nicolas) : poète national cubain, né à Camagüey en 1902. Il a dénoncé dans ses poèmes populaires et musicaux, les sones, la situation dramatique de Cuba sous la dictature et l'impérialisme nord-américain avant la Révolution. Il vécut en exil, à Paris, les heures noires du régime de Batista. Il est l'auteur de Motifs de « son» (1930), Songoro Cosongo (1931), West Indies Ltd (1934), Le «son» entier (1947), La Colombe au vol populaire (1958), J'ai (1963). 


H

HERNANDEZ (Miguel) : l'une des grandes figures de la poésie espagnole contemporaine. Né à Orihuela en 1910, il écrivit ses premiers vers en gardant les chèvres. A Madrid, en 1935, il connut Neruda qui le révéla dans sa revue Cheval Vert pour la Poésie. Il combattit farouchement pour la République espagnole. Arrêté en septembre 1939, il connut dès lors plusieurs bagnes d'Espagne et mourut de tuberculose à la prison d'Alicante en 1942. 

HIDALGO (Miguel): prêtre mexicain, né à Corraleios (1753-1811). Il proclama l'indépendance du Mexique en 1910. Il mourut fusillé par les Espagnols. 

HUELEN : voir VALDIVIA. 

Hussards (de la Mort) : nom donné à un bataillon organisé en quelques heures par le guérillero Manuel Rodriguez pour relancer au Chili l'action populaire et combattre les Espagnols, en mars 1818. Sa devise était « Citoyens, nous avons encore une Patrie! » 

I 

IMBABURA: cime andine de l'Équateur (4630 mètres). C'est aussi une province; ville principale: Ibarra. 

IMPERIAL: fleuve du Chili, long de 220 kilomètres. C'est aussi une ville (voir VALDIVIA). 

J

Jacaranda .. arbre de l'Amérique tropicale, à fleurs bleues, commun au Chili, au Pérou et au Mexique. Très utilisé aujourd'hui pour l'ornementation des squares et des jardins. 

JAVIERA: sœur de José Miguel Carrera. 

JUAREZ (Benito) : homme politique et patriote mexicain, né à San Pablo Guelatao en 1806, mort à Mexico en 1872. Président de la République en 1857, il défendit la légalité républicaine durant la guerre des Trois Ans (1858-1861) et promulgua les lois de Réforme. En 1863, il prit la tête de la résistance contre l'empereur Maximilien, imposé par Napoléon III. En 1867, il obtenait le retrait des troupes françaises et faisait fusiller Maximilien à Querétaro. Réélu alors président, il donna un vigoureux essor à l'économie du pays. 

L

LAFERTTE (Êlias) : leader politique et syndicaliste chilien, ancien mineur. Il fut l'un des fondateurs du Parti communiste au Chili. 

LAGO (Tomas) : écrivain chilien, ami de jeunesse de Neruda. Ils écrivirent en collaboration un recueil de proses poétiques: Anillos ( «  Anneaux »), publié en 1926. 

LAUTARO: cacique araucan (1535 ?-1557). Il vainquit Valdivia et le fit mettre à mort en 1553. Il prépara une marche sur Santiago et fut battu en 1557 par Francisco de Villagra. Il mourut supplicie sous les flèches. 

LITRE : arbre toujours vert du Chili. L'ombre de son feuillage provoque chez celui qui s'y réfugie une éruption cutanée. 

LOICA : oiseau chanteur du Chili. Le mâle a le corps gris-noir tacheté de 
blanc et la gorge écarlate. 

M

MACCHU-PICCHU: nid d'aigle précolombien, situé dans la région du Cuzco, dans la vallée de l'Urubamba. Il est célèbre pour la beauté de son cadre et ses ruines somptueuses. 

MACHADO (Gerardo): général et dictateur cubain (1871-1939). Ayant pris le pouvoir en 1925, il patronna un vaste plan de travaux publics mais avantagea les spéculateurs nord-américains. Il réprima sauvagement les grèves, se fit le champion de l'anticommunisme et organisa une police politique chargée de persécuter et d'assassiner les opposants, notamment les étudiants. Il fut renversé en 1933. 

MAGELLAN (Fernand de) : navigateur portugais, né à Sabrosa, vers 1470. Il entreprit le premier voyage autour du monde pour le compte de l'Espagne, en 1519.11 découvrit en 1520 le détroit qui porte son nom, les îles Mariannes, et arriva aux Philippines où il fut tué par les indigènes de Zébu en 1521. 

Matren : arbre du Chili à fleurs rouges, en forme de clochettes. 

MANGAREVA: lieu de l'île de Pâques. 

MAPOCHO: fleuve du centre du Chili, long de 245 kilomètres. Il arrose Santiago. 

MARTI (José): avocat, orateur, écrivain et patriote cubain, né à La Havane en 1853. A dix-sept ans il fut emprisonné pour ses activités antiespagnoles, puis déporté en Espagne. Admirateur de Juarez, il vécut au Mexique avant de s'installer aux f:tats-Unis, où il fonda le Parti révolutionnaire cubain. Ayant préparé un plan de libération de Cuba, il y débarqua, ouvrant ainsi la guerre d'Indépendance. Il mourut le 19 mai 1895, dans la savane de Dos-Rios, en chargeant à cheval les Espagnols. L'œuvre politique et philosophique, chargée d'intuitions prophétiques, de celui qui est aujourd'hui le héros national cubain, est l'une des plus remarquables de notre temps. 

MARTINEZ (Maximiliano HERNANDEZ): général (1882-1966). Élu président du Salvador en 1931, il étouffa une grande révolte populaire en 1932 en faisant massacrer par l'armée des milliers d'ouvriers et de paysans, avec l'appui de l'oligarchie et des trusts nord-américains. Réélu en 1934 et en 1939, une grève le renversa en 1944. 

MELGAREJO (Mariano) : général bolivien, né à Tarata en 1820. Il s'empara de la présidence de la République en 1864 et mourut assassiné en 1871. 

MELLA (Julio Antonio): révolutionnaire cubain, né en 1905. Étudiant, il organisa en 1923 la • révolte universitaire» contre la corruption officielle et, en février 1925, souleva les travailleurs de la United Fruit. Devenu l'un des leaders du Parti communiste, il s'opposa à la dictature de Gerardo Machado. Celui-ci le fit assassiner en 1929, à Mexico, où il s'était réfugié. 

MENENDEZ (Jésus) : syndicaliste cubain. Ancien coupeur de canne, il fut à l'origine de la fondation des grandes formations syndicales sucrières. Le 28 janvier 1948, alors qu'il arrivait par le train à Manzanillo y présider une réunion, il fut tué à coups de revolver par un capitaine de l'armée cubaine. Le poète Nicolas Guillen lui a consacré une belle Elégie. 

MINA (Francisco Javier) : guérillero espagnol, né à Idocin (Navarre) en 1789. Il combattit d'abord en Espagne contre les armées de Napoléon, puis, en 1816, s'embarqua pour le Mexique afin de défendre la cause de l'Indépendance. Il Y fit une brillante campagne, mais fut finalement vaincu et fusillé en 1817. 

MINAS GERAES : riche État du Brésil (agriculture, élevage, mines, eaux minérales, industries). Sa capitale, Belo Horizonte, est une ville réputée pour son luxe, son élégance et ses riches résidents. 

MIRANDA (Francisco): général vénézuélien, nê à Caracas en 1752. Il participa à la guerre d'Indépendance des Etats-Unis puis s'engagea en France dans l'armée de la Révolution (1792), où il obtint le grade de maréchal de camp. Il fut emprisonné durant la Terreur et dut son salut au 9 Thermidor. Il sollicita l'appui de l'Angleterre pour la cause de l'indépendance de l'Amérique espagnole et, en 1806, débarqua au Venezuela avec un corps expéditionnaire. Il s'empara de la ville de Coro, mais dut rembarquer. En 1810, il revint en Amérique et, avec l'aide de Bolivar, engagea la lutte révolutionnaire. Fait prisonnier à la Guaira, il fut transféré en Espagne, où il mourut à la prison de Cadix en 1816. 

MOAIS : grandes statues de pierre de l'ile de Pâques. 

MOCTEZUMA: famille de souverains aztèques. Moctezuma 1er (1390?- 1469) fut un conquérant qui embellit la ville de Tenochtitlan (Mexico). Moctezuma Il (1466-1520) reçut en 1519 Cortez et son armée à Tenochtitlan avec tous les honneurs. Il mourut lapidé par ses sujets révoltés en essayant d'intervenir en faveur des Espagnols. 


MORAZAN (Francisco): général hondurien, né à Tegucigalpa (1792- 1842). Promoteur de l'Union des Pays de l'Amérique centrale, il se distingua durant la guerre centro-américaine de 1827-1830 et s'empara du Salvador. Elu président de la Fédération en 1830, il mena une politique libérale, mais fut combattu en 1837 par les réactionnaires et dut s'enfuir en 1840. En 1842, il débarquait à Costa Rica; il fut fusillé la même année à San José. 

MORELOS y PAVON (Josê Maria) : un des fondateurs de la République mexicaine. Né à Valladolid (aujourd'hui Morelia) en 1780, il était curé de Caracuaro quand il rejoignit l'insurrection du patriote Miguel Hidalgo. A la mort de ce dernier, en 1811, il se mit à la tête d'un groupe de guérilleros, gagna la bataille de Palmar et fit proclamer l'Indépendance (1813). Vaincu par Calleja et Iturbide, il fut fait prisonnier à Temescala et fusillé à Mexico en 1815. Soldat courageux, les Espagnols le considéraient comme leur plus redoutable adversaire. 


MORINIGO (Higinio): général paraguayen, né en 1897. Ministre de la Guerre, il prit le pouvoir en 1940, après la mort du président Estigarribia, héros de la guerre du Chaco, qui se tua dans un accident d'automobile. Ses répressions contre les syndicats (1945), et les étudiants, sont de triste mémoire. En 1947, il dut faire face à plusieurs soulèvements puis à la guérilla et ouvrit des camps de concentration dans la zone inclémente du Chaco. En août 1948, il se retira en faveur de Natalicio Gonzalez. 

MUZO : petite ville de Colombie, dans le département de Boyaca. Ses émeraudes et ses papillons ont inspiré à Neruda un beau poème des Pierres du Ciel. 

N 

NARVAEZ (Panfilo de) : conquistador espagnol, né à Valladolid (1470 ?- 1528). Il participa à la conquête de Cuba, puis affronta Cortez qui le vainquit a Cempoala, en 1520. Il explora la Floride et le Mississippi. 

NATALICIO (GONZALEZ, J. Natalicio): candidat du dictateur Morinigo aux élections de 1948. Les dissensions au sein de ses partisans - généraux et latifondistes - l'obligèrent à renoncer à la présidence. 

NORTH: financier d'origine anglaise. Il débuta comme porteur d'eau dans les régions arides des mines de salpêtre, puis acheta des actions dans ces dernières dont il devint l'un des grands propriétaires. Il s'allia à l'oligarchie chilienne qui exploitait les mines du Nord et s'opposait aux partisans de Balmaceda qui, à Santiago, désiraient nationaliser les nitrates. 

O 

OELLO : fondatrice légendaire de la dynastie des Incas. 

O'HIGGINS (Bernardo): général chilien né à Chillan en 1776, héros de la guerre d'Indépendance. Vaincu par les Espagnols le 2 octobre 1814 à Rancagua, après une longue résistance, il émigra en Argentine où il collabora avec San Martin à l'organisation de l'armée des Andes. Partie de Mendoza le 21 janvier 1817, celle-ci traversait les Andes et, le 12 février, battait l'armée espagnole à Chacabuco. Nom- mé Directeur Suprême du Chili (1817-1823), O'Higgins proclama l'indépendance le 12 février 1818 et élabora la constitution de 1822. Il mourut au Pérou en 1842. 

OMBU : grand arbre de la pampa argentine. Il n'a pas de bois et ne sert qu'à donner de l'ombre. La botanique le considère comme une herbe géante (il peut atteindre de dix à quinze mètres de haut). 

ORO Ousto SANTA MARIA DE): prêtre et patriote argentin (1772-1836). Il fut membre du Congrès de Tucuman qui, le 9 juillet 1816, proclama l'indépendance des Provinces Unies de l'Amérique du Sud.

OTERO SILVA (Miguel): romancier et poète vénézuélien, né en 1908. Il lutta dans sa jeunesse contre la dictature du général Gomez et connut à plusieurs reprises la prison et l'exil. Il fut longtemps directeur du journal El Nacional de Caracas dont il ouvrit les colonnes aux grands écrivains latino-américains. On lui doit un beau roman sur la découverte du pétrole au Venezuela: Maisons Mortes (1955). 

P 

PAEZ (Josè Antonio) : militaire vénézuélien (1790-1873), compagnon d'armes de Bolivar. Il combattit à la tête des llaneros, notamment à Carabobo. Il devint le premier Président de la République du Venezuela, quand celui-ci se sépara de la Grande Colombie (1830-1835), et fut plusieurs fois réélu. 

PAIKO: (PAICO) herbe aromatique utilisée dans la médecine populaire. 

PAPALOAPAN: fleuve du sud du Mexique. Il se jette dans la lagune d'Alvarado. Longueur: 418 kilomètres. 

PARANA: grand fleuve d'Amérique, long de 4500 kilomètres. Né au Brésil, il sert partiellement de frontière entre le Paraguay et le Brésil, puis le Paraguay et l'Argentine, et traverse une partie de cette dernière pour déboucher dans le vaste delta du Rio de la Plata. 

PATAGUA : arbre à fleurs blanches, utilisé en ébénisterie. 

PELADO : au Mexique, homme misérable et analphabète. 

PEUMO : arbre du Chili, de la famille des lauracées, dont les feuilles toujours vertes sont médicinales. Son fruit est comestible. 

POBLETE (Dario) : journaliste chilien, qui lia sa carrière à celle de Gonzalez Videla. Il fut directeur de La Nación durant toute cette période. 

PORFIRISTES : partisans du dictateur mexicain Porfirio Diaz. Celui-ci fut renversé par la Révolution mexicaine en 1911. 

PRESTES (Luis Carlos): leader ouvrier et syndicaliste brésilien. Il fut emprisonné durant onze ans .• La femme de Prestes, d'origine allemande, écrit Neruda dans J'avoue que j'ai vécu, fut livrée par la dictature brésilienne à la Gestapo. Les nazis l'enchaînèrent sur le bateau qui la conduisait au martyre. Elle mit au monde une petite fille qui vit aujourd'hui avec son père, arrachée aux griffes de la Gestapo par dona Leocadia Prestes, l'infatigable mère du leader. Après cet accouchement dans la cour d'une prison, la femme de Luis Carlos Prestes fut décapitée par les nazis .• 

PUEYRREDON (Juan Martin de) : général et homme politique argentin, né à Buenos Aires (1776-1850). Il participa à la reconquête de Buenos Aires occupé par les Anglais en 1806 et fut Directeur Suprême des Provinces Unies du Rio de la Plata de 1816 à 1819. 


PUNITAQUI : région minière du nord du Chili. 

Q 
QUEBRACHO : arbre au bois dur, d'où l'on tire le tanin. Richesse naturelle du Paraguay. 

QUELTEHUE : passereau commun du Chili. 

QUETZAL : bel oiseau des forêts humides de l'Amérique centrale et du Yucatan, au plumage vert et brillant, rouge sur la gorge et l'abdomen. Ses pattes et son bec sont jaunes et une grande huppe orne sa tête. Il figure dans les armoiries du Guatemala. 

QUILAS : nom chilien du bambou d'Amérique. 

QUINTRAL : sorte de gui chilien à fleurs rouges, utilisé en teinture. 

R 

RAPA NUI : nom donné par les indigènes à l'île de Pâques. 

RAULÍ : grand arbre du Chili, de la famille des fagacées. 

RECABARREN (Luis Emilio) : journaliste et homme politique chilien. Il fonda en 1912 le Parti socialiste ouvrier qui devint en 1924 le Parti communiste. Haute figure d'organisateur et de combattant, Recabarren fut le premier leader ouvrier de son pays et son nom reste lié à toutes les luttes sociales. 

REVUELTAS (Silvestre) : compositeur mexicain (1899-1940). Il commença sa carrière comme violoniste. Après avoir achevé ses études aux Etats-Unis, il se consacra à la composition, recevant l'influence profonde de Debussy. « Dans la plus grande partie de mes œuvres, a-t-il écrit, j'ai tenté d'exprimer le caractère original, sentimental peut-être mais toujours énergique, gai et immuablement sarcastique du peuple de mon pays.» 

RODRIGUEZ (Manuel) : célèbre guérillero chilien, de l'époque de la guerre d'Indépendance. Il avait la réputation d'entrer partout et de disparaître sans être vu. La cueca mentionnée est très populaire au Chili. 

ROSAS (Juan Manuel) : général argentin, né à Buenos Aires en 1793. Il exerça sa dictature de 1829 à 1852. Les exactions de sa police politique, la Mazorca, sont restées de triste mémoire. Une coalition unissant le Brésil, le Paraguay et Entre-Rios le vainquit à Monte Caseros en 1852 et l'obligea à fuir en Angleterre où il mourut en 1877. 

ROTO : au Chili, nom donné à l'homme du peuple. 

S 

SANDINO (Augusto, César) : patriote né au Nicaragua en 1895. Il créa en 1927 le premier mouvement guérillero, avec un large appui populaire, contre la dictature d'Adolfo Diaz et l'occupation américaine qui protégeait celui-ci. Le 3 janvier 1933 les derniers marines se retiraient et Sandino revint travailler la terre dans une coopérative qu'il avait fondée. En février 1934, après avoir rendu visite au président Sacasa, il fut arrêté avec deux de ses compagnons, les généraux Estrada et Umanzor, et assassiné par des éléments de la Garde Nationale à la solde de Somoza. 

SANGAY: cime volcanique de l'Équateur (5 230 mètres). 

SAN MARTIN (José de) : général et homme d'État argentin, né à Yapeyu en 1778. Il servit d'abord dans l'armée espagnole contre les troupes napoléoniennes, participa à la victoire de Bailen, puis regagna Buenos Aires en 1812 pour s'engager dans la guerre d'Indépendance. Il créa l'armée des Andes, franchit la cordillère et battit les Espagnols à Chacabuco (1817) et à Maipu (1818). Ayant libéré le Chili, il débarqua au Pérou avec l'aide de O'Higgins, entra à Lima où il proclama l'indépendance péruvienne en 1821. Nommé «Protecteur., il envoya des renforts à Bolivar et à Sucre et contribua à la victoire de Pichincha (1822). A la suite de rivalités et de dissensions il se retira au Chili, puis en Angleterre et en France. Il mourut à Boulogne sur-Mer, le 17 août 1850. 

SANTIAGO: voir VALDIVIA. 

SARMIENTO (Domingo Faustino) : homme politique et écrivain argentin (1811-1888). Adversaire farouche de Rosas, il se réfugia au Chili où il écrivit son célèbre pamphlet contre le caudillismo qui plongeait l'Argentine dans la barbarie: Facundo (1845). Quand il regagna son pays après la chute de Rosas, il appliqua ses idées de réformateur. Député, ministre, gouverneur de sa province natale de San Juan, président de la République, il promulgua la loi sur l'instruction primaire obligatoire, gratuite et laïque, fonda des écoles et des bibliothèques, et facilita l'immigration. 

SOCORRO (Communeros de) : nom donné à une puissante révolte populaire. Socorro, en Nouvelle-Grenade (Colombie), était une ville prospère mais mécontente des mesures économiques prises par le vice-roi Manuel Antonio Flores et ses représentants. Le 16 mars 1781 une femme, Manuela Sanchez, arracha l'édit qui ordonnait de nouveaux impôts. Le soulèvement commença au cri de • Vive le roi! Mort au mauvais gouvernement!» Une marche sur Bogota fut organisée, avec de premiers succès. Mais trompés par de fausses concessions officielles, à Zipaquira, quelques mois plus tard, les «Comuneros» furent finalement vaincus. L'archevêque Caballero y Gongora joua un grand rôle dans la répression. Les principaux responsables furent exécutés. 

SOMOZA (Anastasio) : général nicaraguayen, né en 1896. Il prit le pouvoir à la suite d'un putsch en 1936 et imposa sa dictature avec l'appui des États-Unis. Le 21 septembre 1956, au cours d'une fête, il fut abattu à coups de revolver et mourut cinq jours plus tard dans un hôpital de Panama où l'avait transporté un avion spécial du président Eisenhower. 

STALINE: ce poème fut écrit en 1949. Voir, sur le même thème, l'explication donnée en 1964 par Neruda dans Mémorial de l'Ile Noire: poèmes constituant « L'Épisode ", Livre V, Sonate critique. 

SUAREZ (Inès de) : dame espagnole, née à Plasencia vers 1507. À trente ans, elle se rendit au Chili et devint la maîtresse de Valdivia. Elle accompagna le conquistador dans ses expéditions. Contraint de se séparer d'elle, Valdivia la maria à l'un de ses capitaines, Rodrigo de Quiroga. Elle mourut au Chili.


SUCRE (Antonio José de): patriote vénézuélien, né à Cumana (1795-1830). Lieutenant de Bolivar, il participa à la libération de l'Amérique du Sud, remporta sur les Espagnols la victoire décisive d'Ayacucho (1824) et devint président de la République bolivienne en 1826. 

T

TARAHUMARAS: tribus d'Indiens nomades pacifiques qui occupèrent jusqu'au XVIIe siècle les territoires correspondant à l'actuel Etat de Chihuahua (Mexique). Ils se réfugièrent ensuite dans les régions moins accessibles de la Sierra Madre occidentale, où leurs descendants vivent aujourd'hui en groupes disséminés. 

TARASCO: peuple pré-aztèque qui vivait au Mexique dans l'État actuel de Michoacan. Les Aztèques n'arrivèrent jamais à les dominer. 

TEQUENDAMA : chute du fleuve Bogota, non loin de la capitale colombienne (139 mètres). 

TIL-TIL: région de la cordillère chilienne, d'un accès difficile. C'était le refuge des poursuivis, d'où les nombreuses légendes qui y ont pris racine. 

TLAXCALA : capitale d'un territoire qui comprenait quatre Etats confé- dérés. Cortez, après avoir vaincu les Tlaxcaltèques, exploita leurs rivalités à l'égard de Montezuma et s'en fit des alliés. Ils lui restèrent fidèles et jouirent de certains privilèges. 

TOCOPILLA: ville (et département) du nord du Chili. Port exportateur de salpêtre. Cuivre. 

Topatopa: au Chili et au Pérou, nom vulgaire de plusieurs plantes calcéolaires. 

Toqui: chez les Araucans, chef de tribu en temps de guerre. 

TORRES BODET (Jaime): poète et homme politique mexicain (1902- 1974). 

TOUSSAINT LOUVERTURE: homme politique et général haïtien (1743-1803). Gouverneur de Saint-Domingue de 1796 à 1802, il libera les Noirs de cette colonie, entra en conflit avec Bonaparte, fut arrêté et mourut prisonnier au fort de Joux. 

TRUJILLO (Rafael Leonidas): né en 1891, ce dictateur fut le maître tout-puissant de Saint-Domingue, de 1930 à 1961. Il mourut abattu par surprise au cours d'une promenade, le 31 mai 1961. 

TUNGURAHUA: volcan de l'Équateur, dans la cordillère centrale (5005 mètres). 

TUPAC AMARU (José Gabriel CONDORCANKI) : cacique péruvien, descendant des Incas, né à Surimana (province de Tinta) en 1738. Le 4 novembre 1780, il lança son cri de révolte contre les Espagnols, fit arrêter leur représentant, le corregidor Antonio de Arriaga, lequel fut pendu à Tungasuca. Il promulgua, le 16 novembre, l'Édit de Liberté qui abolissait l'esclavage au Pérou. Après une série d'opérations libératrices, il fut capturé par surprise le 6 avril 1781, à Langui, à la suite de la trahison de l'un des siens, le métis Francisco Santa Cruz. Torturé, on lui coupa la langue) on tenta de l'écarteler avec quatre chevaux et finalement on le décapita sur la grand-place Wacaypata du Cuzco, le 18 mai 1781. Sa femme, son fils aîné, son oncle et plusieurs partisans furent également suppliciés à la même heure et au même endroit. Les corps de Tupac Amaru et de Micaela furent brûlés, leurs cendres jetées dans l'Huatanay, et leurs têtes exposées dans différents endroits de l'évêché du Cuzco. 

U 

UBICO (Jorge) : général né en 1878, mort en 1946. Dictateur du Guatemala de 1931 à 1944. Il fut renversé par une révolution unissant la petite bourgeoisie, les ouvriers et les paysans. 

ULMO : grand arbre du Chili, à fleurs blanches et aux feuilles toujours vertes. 

URUTAU : sorte de hibou du Rio de la Plata. 


V 

VALDIVIA (Pedro de): conquistador espagnol, né à Valle de la Serena (Badajoz) vers 1500. Avec 150 Espagnols, il partit conquérir le Chili en 1540 et atteignit le 13 décembre les bords du Mapocho, au pied du mont Huelen, qu'il baptisa Santa Lucia. Il fonda en 1541 la ville de Santiago et désigna un Conseil qui le nomma gouverneur du Chili. Les Araucans, ayant découvert que les étranges cavaliers venus d'ailleurs « étaient aussi mortels », se soulevèrent et détruisirent Santiago. Revenu au Pérou, Valdivia repartit pour le Chili en 1549 et se lança vers le Sud à la poursuite des Araucans. Après des combats acharnes, il réussit à franchir le Bio-Bio et fonda les villes d'Angel, Imperial (1550), Villarrica, Valdivia (1552), et les forts de Tucapel, Puren et Araüco. Les caciques Caupolican et Lautaro lui infligèrent de graves revers. Il fut tué d'un coup de massue durant les derniers jours de décembre 1553, lors de la bataille de Tucapel. 

VALLE (Juvencio): poète et prosateur chilien, né en 1907. Œuvres: Le premier livre de Marguerite (1937), Nimbe de pierre ... 

VALVERDE (Fray Vicente de): religieux espagnol qui baptisa Atahualpa avant son exécution. On avait promis à l'Inca que, s'il recevait le baptême, on ne brûlerait pas son cadavre. La religion inca attachant la plus grande importance à la conservation du corps, Atahualpa accepta. 

VARADERO : belle plage de Cuba. 

VIDALITA : chanson populaire mélancolique du Rio de la Plata. On l'accompagne à la guitare.

VILLALON (Fernando) : éleveur de taureaux et poète populaire andalou (1881-1930). Il fut l'ami du torero Ignacio Sanchez Mejias, de Garcia Lorca, de Rafael Alberti. 

VILLARRICA : voir VALDIVIA. 

VINCHUCA : insecte nocturne du Chili, d'environ deux centimètres de long, aux ailes noires. Il suce le sang et sa piqûre, douloureuse, peut provoquer certaines maladies infectieuses. 

W 

WIRACOCHA : dieu inca de la Pluie, qui résidait sur le lac Titicaca, créateur du monde et des hommes. C'est aussi sous ce nom que les anciens Chiliens et Péruviens désignaient le conquistador espagnol. 

X

XIMENEZ DE QUESADA (Gonzalo) : conquistador espagnol, né à Grenade (P) vers 1500. Il participa à l'expédition du gouverneur des Canaries, Pedro Fernandez de Lugo, en direction du Magdalena. Il fonda en 1538 Santa Fe de Bogota, capitale de la Nouvelle-Grenade. Il mourut à Mariquita, Colombie, en 1579. 

Y

YAGANS: Indiens vivant au sud de la Terre de Feu. 

YUPANQUIS: Incas du Pérou (xv" siècle). Désireux d'agrandir leur territoire, ils descendirent vers le Chili mais se heurtèrent à la farouche résistance des Mapuches qui les empêchèrent de dépasser le Bio-Bio. 

Z

ZAPATA (Emiliano): révolutionnaire mexicain, né près d'Ayala en 1883. Promoteur de la Réforme agraire, il souleva les paysans avec la devise «Terre et Liberté», Ceux-ci, pour maintenir la pureté de la Révolution, devaient à la fois guerroyer et cultiver la terre. Il mourut assassiné dans une embuscade en 1919. 

ZAPOTÈQUES : peuple très civilisé de la côte pacifique Sud du Mexique. Il a laissé de beaux monuments, notamment à Monte Alban. La race subsiste dans la province de Madre del Sur et la beauté de ses femmes est légendaire. Le patriote mexicain Benito Juarez était d'origine zapotèque. 

ZIPA : cacique chibcha de Bogota. 


Aucun commentaire: