Diaporama de Pablo Neruda.
Traitement des images, restauration, Guy Desmurs

Citation de Pablo Neruda

vendredi 5 février 2016

LA MORT DE NERUDA : INTERROGATIONS ÉTERNELLES


Le 23 septembre 1973, à Santiago du Chili, le grand poète Pablo Neruda mourait officiellement d'une "cachexie" (affaiblissement) due à un cancer de la prostate, ainsi que le précisait son certificat de décès rédigé par la junte militaire. C'était une dizaine de jours après le renversement de Salvador Allende, grand ami du poète, par le dictateur Augusto Pinochet. À l'époque déjà, Manuel Araya, l'ancien chauffeur de Neruda, fort de ce que lui aurait confié le poète lui-même, défendait la thèse de l'assassinat par injection de poison dans l'estomac. En 2013, les conclusions d'une équipe d'experts avaient écarté ces soupçons. Mais une ultime analyse va être menée en avril, avant que les restes du chantre hispano-américain soient remis en terre dans sa résidence d'Isla Negra, au Chili. Car en mai 2014, des chercheurs espagnols avait finalement mis à jour une présence massive de staphylocoques dorés, qui auraient pu être sciemment inoculés dans son organisme. 

En attendant le résultat de ces dernières analyses, nous vous proposons la réécoute d'une archive de 1973. Le 26 septembre, trois jours après la disparition de Pablo Neruda, France Culture lui consacrait une heure d'hommage dans ses Après-midi, en compagnie d'intellectuels l'ayant côtoyé de près.

 Confiné dans sa maison de l’Île Noire, sans communication possible avec son peuple, cette terrible angoisse imposée au poète a été le couteau, la dernière balle qui l’a achevé. (...)Toutes les radios disent en ce moment que l’on a attaqué la maison de Pablo Neruda, où il se trouvait, corps présent, mort hier. Ils ont déchiré et brûlé ses livre, ils ont brisé les fenêtres et cassé tant de précieux objets qu’il conservait. 
Rafaël Alberti, poète et dramaturge espagnol, ami de Neruda, en 1973
Ecoutez cette discussion passionnée et émue entre l'homme de théâtre Guy Suarès, l'écrivain et poète Jean Marcenac et la femme de lettres Ugné Karvelis, qui connaissait bien Pablo Neruda pour l'avoir notamment publié en France. 

Écouter:

[ Pour écouter, cliquer sur la flèche ]

    Aucun commentaire: