Diaporama de Pablo Neruda.
Traitement des images, restauration, Guy Desmurs

Citation de Pablo Neruda

mercredi 11 mars 2009

LA COMPLAINTE DE FRANCE.

Charles d'Orleans et Marie de Cleves

France, jadis on te souloit nommer,
En tous pays, le tresor de noblesse,
Car ung chascun povoit en toy trouver
Bonté, honneur, loyaulté, gentillesse,
Clergie, sens, courtoisie, proesse;
Tous estrangiers amoient te suir,
Et maintenant voy, dont j'ay desplaisance,
Qu'il te convient maint grief mal soustenir,
Tres crestien, franc royaume de France.

Seez tu dont vient ton mal, à vray parler?
Congnois tu point pourquoy es en tristesse?
Conter le vueil, pour vers toy m'acquicter,
Escoutes moy, et tu feras sagesse.
Ton grant ourgueil, glotonnie, peresse,
Convoitise, sans justice tenir,
Et luxure, dont as eu habondance,
Ont pourchacié vers Dieu de te punir,
Tres crestien, franc royaume de France.

Ne te vueilles pourtant desesperer,
Car Dieu est plain de mercy, à largesse;
Va t'en vers lui sa grace demander,
Car il t'a fait, de ja pieca, promesse;
Mais que faces ton advocat Humblesse,
Que tres joyeux sera de toy guerir;
Entierement metz en lui ta fiance,
Pour toy et tous, voulu en croix mourir,
Tres crestien, franc royaume de France.

Souviengne toy comment voult ordonner
Que criasses Montjoye, par liesse,
Et, qu'en escu d'azur, deusses porter
Trois fleurs de Lis d'or, et pour hardiesse
Fermer en toy, t'envoya sa haultesse,
L'Auriflamme qui t'a fait seigneurir
Tes ennemis; ne metz en oubliance
Telz dons haultains, dont lui pleut t'enrichir,
Très crestien, franc royaume de France.

En oultre plus, te voulu envoyer
Par un coulomb qui est plain de simplesse,
La unction dont dois tes Roys sacrer,
Afin qu'en eulx dignité plus en cresse;
Et, plus qu'à nul, t'a voulu sa richesse
De reliques et corps sains, departir;
Tout le monde en a la congnoissance,
Soyes certain qu'il ne te veult faillir,
Tres crestien, franc royaume de France.
[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

Charles d’Orléans prisonnier dans la Tour de Londres v. 1500. Enluminure. Angleterre.

Court de Romme si te fait appeller
Son bras dextre, car souvent de destresse
L'as mise hors, et pour ce approuver,
Les Papes font te seoir, seul, sans presse,
A leur dextre, se droit jamais ne cesse;
Et pour ce, dois fort pleurer et gemir,
Quant tu desplais à Dieu qui tant t'avance
En tous estas, lequel deusses cherir,
Tres crestien, franc royaume de France.

Quelz champions souloit en toy trouver
Crestienté! Ja ne fault que l'expresse;
Charlemaine, Rolant et Olivier,
En sont tesmoings, pour ce, je m'en delaisse,
Et saint Loys Roy, qui fist la rudesse
Des Sarrasins souvent aneantir,
En son vivant, par travail et vaillance;
Les croniques le monstrent, sans mentir,
Tres crestien, franc royaume de France.

Pour ce, France, vueilles toy adviser,
Et tost reprens de bien vivre l'adresse;
Tous tes meffaiz metz paine d'amander,
Faisant chanter et dire mainte messe
Pour les ames de ceulx qui ont l'aspresse
De dure mort souffert, pour te servir;
Leurs loyaultez ayes en souvenance,
Riens espargnié n'ont pour toy garantir,
Tres crestien, franc royaume de France.

Dieu a les braz ouvers pour t'acoler,
Prest d'oublier ta vie pecheresse;
Requier pardon, bien te vendra aidier
Nostre Dame, la tres puissant princesse,
Qui est ton cry, et que tiens pour maistresse;
Les sains aussi te vendront secourir,
Desquelz les corps font en toy demourance.
Ne vueilles plus en ton pechié dormir,
Tres crestien, franc royaume de France.

Et je, CHARLES DUC D'ORLÉANS, rimer
Voulu ces vers, ou temps de ma jeunesse,
Devant chacun les vueil bien advouer,
Car prisonnier les fis, je le confesse;
Priant à Dieu, qu'avant qu'aye vieillesse,
Le temps de paix partout puist avenir,
Comme de cueur j'en ay la desirance,
Et que voye tous tes maulx brief finir,
Tres crestien, franc royaume de France.

Charles d'Orléans composa pendant sa captivité, un chant patriotique intitulé: La Complainte de France

Aucun commentaire: