Diaporama de Pablo Neruda.
Traitement des images, restauration, Guy Desmurs

Citation de Pablo Neruda

dimanche 6 octobre 2019

CLUIS. BÉATRICE BARNES ÉDITE SON PREMIER LIVRE

BÉATRICE BARNES
PHOTO NR
Cluis. Dans « Le Voyage de Winnipeg », Béatrice Barnes donne une voix aux milliers d’Espagnols ayant fui le franquisme, pour se réfugier au Chili.
par François DUNAND
« LE VOYAGE DE WINNIPEG »
BBéatrice Barnes, auteure et metteure en scène de théâtre, bien connue à Cluis grâce aux ateliers théâtre et aux derniers spectacles présentés dans la forteresse de Cluis-dessous, vient de cosigner son premier ouvrage ; le fruit de plusieurs années de recherches et de multiples rencontres. « Après avoir enseigné à Paris, je suis arrivée dans le département de l’Aude, où je m’occupais d’enfants dans un centre d’éveil artistique. Continuellement à la recherche de sujet pouvant être prétexte à des créations théâtrales, j’ai tout de suite pensé au poète chilien, Pablo Neruda, que j’ai découvert lors d’un séjour en ce pays. »

Un livre enrichi de nombreux témoignages


En 1939, Pablo Neruda, qui était aussi consul du Chili en Espagne, a été missionné par son gouvernement afin d’affréter un bateau où 2.800 réfugiés espagnols, fuyant le franquisme, ont été embarqués. Ils devaient pallier la pénurie de main-d’œuvre ouvrière que le Chili connaissait à cette époque. Le Winnipeg, un cargo qui battait pavillon français, avait été aménagé à cet effet. Il était à quai à Pauillac, près de Bordeaux, ce qui obligea des milliers de migrants et leurs familles à passer la frontière pyrénéenne pour embarquer. « Il ne m’en fallait pas plus pour écrire l’histoire de cette traversée. Je suis allée plusieurs fois au Chili pour recueillir de nombreux témoignages de personnes qui, à cette époque, étaient pour la plupart très jeunes ; à l’image de José Calvet qui, par la richesse de ses souvenirs d’adolescent, est devenu le fil conducteur de ce livre », précise Béatrice. Puis vient la rencontre avec Madeleine Tirtiaux, illustratrice belge. Ayant déjà publié des ouvrages en ce sens, l’artiste a été séduite par cette histoire et a accepté de la mettre en image. Les illustrations représentées au fil des pages sont d’un tel réalisme qu’elles donnent à penser que le jeune José en est lui-même l’auteur. Le texte de Béatrice Barnes et les aquarelles de Madeleine Tirtiaux font de cet ouvrage un livre superbe s’adressant à un large public. Donnant un nouvel écho au travail du poète, prix Nobel de littérature : « Que la critique efface toute ma poésie si ça lui chante. Mais ce poème, Le Winnipeg, personne ne pourra l’effacer. »

« Le voyage de Winnipeg, un exil différent », aux éditions L’autre Reg’Art, en librairie. Béatrice Barnes dédicacera son livre à Cultura Saint-Maur, samedi 9 novembre, de 14 à 18 h.

mardi 3 septembre 2019

ANNIVERSAIRE. LE WINNIPEG, UN VIEUX RAFIOT CHARGÉ DE FRATERNITÉ


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

L'ÉQUIPAGE DU «WINNIPEG», PARTI SAUVER 2000 ANTIFRANQUISTES,
 RÉFUGIÉS À BORDEAUX. UNE MISSION MONTÉE PAR NERUDA.
IMAGE EXTRAITE DE «LA TRAVERSÉE SOLIDAIRE». DR
Le 3 septembre 1939, le navire débarque à Valparaiso 2000 républicains espagnols. Une épopée de la solidarité internationale grâce au concours du poète Pablo Neruda.

COUPURE DE PRESSE 
« ESPAÑA DEMOCRÁTICA » 
DU 10 DE AOÛT 1939



«J’ai aimé dès le début le mot Winnipeg. Les mots ont des ailes ou n’en ont pas. Les mots rugueux restent collés au papier, à la table, à la terre. Le mot Winnipeg est ailé. Je l’ai vu s’envoler pour la première fois sur le quai d’un embarcadère, près de Bordeaux », a écrit le poète chilien Pablo Neruda à propos de ce navire de la liberté. Le Winnipeg, c’est l’histoire singulière d’un bateau solidaire de la compagnie communiste France-Navigation, une histoire d’exilés accueillis en héros au Chili, d’une «traversée solidaire » (1), l’histoire de l’utilité sociale de la poésie. « Sans cette qualité, la poésie sonne mais ne chante pas », disait encore Pablo Neruda. Le 26 janvier 1939, commence la terrible « Retirada» ; les républicains espagnols sont reçus en France comme des chiens, sous le statut d’« étrangers indésirables ».

« Nous avons du travail pour tous les pêcheurs» 


Au Chili, le 25 octobre 1938, le Front populaire gagne les élections et Aguirre Cerda devient président. Le ministre de la Santé n’est autre que le jeune socialiste Salvador Allende. Le poète Pablo Neruda fut consul en Espagne et s’est lié d’amitié avec Federico Garcia Lorca. Le Chilien est horrifié par les bombardements de Madrid. Désormais sa poésie crie avec l’Espagne martyrisée, mais debout. Neruda proclame que ses mots sont devenus « un drapeau au-dessus de tant de douleurs ». Lui et le Parti communiste chilien (PCCh) proposent au président du Front populaire d’accueillir un nombre significatif de « rouges » espagnols. Le chef de l’État acquiesce. « Amenez-moi des milliers de républicains. Nous avons du travail pour tous les pêcheurs. Amenez-moi des Basques, des Catalans, des gens de l’Estrémadure, des ouvriers, des laboureurs, des menuisiers », proclame-t-il. Il nomme Pablo Neruda « consul pour l’immigration ». L’homme de lettres se consacre à « la plus noble des missions ». Le Winnipeg embarquera plus de 2 000 républicains exilés (1 297 hommes, 397 femmes et 310 enfants). Sous le feu d’une droite chilienne hystérique, xénophobe, le bâtiment arrive à Valparaiso le 3 septembre 1939.

L’histoire du Winnipeg se confond avec celle sans précédent de la compagnie maritime France-Navigation, créée le 15 avril 1937 (en secret) par le Parti communiste français et l’Internationale communiste, afin de contourner la « non-intervention » et approvisionner en avions, tanks, munitions l’Espagne républicaine. La compagnie se crée dans le même mouvement que les Brigades internationales. Elle fait partie d’un vaste réseau d’organisations solidaires. Moscou décide de recourir aux services de France-Navigation, à des navires moins marqués que les siens. Entre 1937 et 1938, elle acquiert 24 navires. Officiellement, il s’agit d’une « compagnie commerciale ». Des communistes, des bolcheviks en assurent la direction : Auguste Dumay, Giulio Ceretti, Émile Sellon… Âgé de 23 ans, Georges Gosnat en devient le secrétaire général. Les bateaux de France-Navigation font la navette entre le port militaire de Mourmansk et ceux plus discrets du Bordelais et de la côte Atlantique. La compagnie a tissé une gigantesque toile de complicités avec des dockers, des syndicalistes, des camionneurs, des policiers, des passeurs, des convoyeurs, des grutiers, des cheminots…

Le Winnipeg, ce vieux cargo marchand, l’un des plus gros au monde, a été aménagé en catastrophe pour transporter des exilés. Au cours de la traversée d’un mois, le commandant Pupin, un « professionnel » devenu très anticommuniste, tente un coup de force contre les militants chargés d’encadrer la traversée de Bordeaux (quai de Trompeloup à Pauillac) jusqu’à Valparaiso. Pupin profite du pacte germano-soviétique pour conspirer. Le commandant Sellon, sorte de commissaire politique à bord, ne décolère pas. Le Winnipeg est devenu une affaire d’État instrumentalisée. Le navire a embarqué plus de 2 000 exilés, liste plurielle établie par Pablo Neruda, le consulat parisien et les partis républicains, contestée par les anarchistes. Sur le quai, le poète est assailli par des dizaines de candidats à l’exil non inscrits.

Les exilés trouveront un travail dans de bonnes conditions au Chili


Le 4 août 1939, le bateau et ses exilés appareillent avec à bord 1  118 professions différentes (208 pêcheurs, 253 agriculteurs, 123 maçons, 176 métallos, 28 boulangers, 26 étudiants…). La plupart trouveront un travail dans de bonnes conditions au Chili, et s’y installeront. Sur le Winnipeg, le service santé, remarquable, repose sur la fille de Marcel Cachin, fondateur du PCF, et sur son époux. L’infirmière en chef Philomène Gaubert, une maîtresse femme, fait face à plusieurs cas de typhoïde. Des assemblées générales de partis (Parti communiste d’Espagne, Parti socialiste (PSOE), Gauche républicaine, CNT-FAI, etc.) se succèdent… Mais, à l’arrivée à Valparaiso, tous les marins, communistes, à la suite des magouilles du commandant, sont déclarés « mutins » (le pacte germano-soviétique avait été signé dans l’intervalle). Les passagers, eux, sont accueillis en héros par une foule en liesse. L’équipage est rapidement libéré. Mais les autorités françaises imposent un rapatriement pour mutinerie. À Bordeaux, les marins seront emprisonnés plusieurs semaines. Le tribunal militaire conclura finalement que l’affaire a été montée de toutes pièces.

« Que la critique efface toute ma poésie, si bon lui semble, mais ce poème dont j’évoque aujourd’hui le souvenir, personne ne pourra l’effacer », assurait Pablo Neruda.

(1) Titre d’un documentaire de Dominique Gautier et Jean Ortiz, France 3.
Jean Ortiz

samedi 24 août 2019

WINNIPEG 80 : TÉMOIGNAGE DE JOSÉ BALMES

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
L'ARRIVÉE DU WINNIPEG À VALPARAISO
 BIBLIOTECA NACIONAL DE CHILE
   80 -WINNIPEG -:  TÉMOIGNAGE DE JOSÉ BALMES 

[ Cliquez sur la flèche pour voir la vidéo ]


TÉMOIGNAGE DE JOSÉ BALMES

 TÉMOIGNAGE DE JOSÉ BALMES
  [ Cliquez sur la flèche pour voir la vidéo ]

 


WINNIPEG 80 : TÉMOIGNAGE DE JOSÉ BALMES

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
L'ARRIVÉE DU WINNIPEG À VALPARAISO
 BIBLIOTECA NACIONAL DE CHILE
   80 -WINNIPEG -:  TÉMOIGNAGE DE LA TRAVERSÉE JOSÉ BALMES 

[ Cliquez sur la flèche pour voir la vidéo ]


dimanche 18 août 2019

83ÈME ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE FEDERICO GARCÍA LORCA


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

FEDERICO GARCÍA LORCA 
AQUARELLE DE FABRIZIO CASSETTA
1936 - 18 AOÛT - 2019
QUATRE-VINGT-TROISIÈME ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE FEDERICO GARCÍA LORCA 
Ce dimanche 18 août 2019 commémore le quatre-vingt-troisième anniversaire de la mort du dramaturge espagnol. 
FEDERICO GARCÍA LORCA 
PEINTURE DE KEN MEYER 

Federico del Sagrado Corazón de Jesús García Lorca fut un poète et dramaturge espagnol, également peintre, pianiste et compositeur, né le 5 juin 1898 à Fuente Vaqueros près de Grenade et assassiné le 18 août 1936 entre Viznar et Alfacar par des milices franquistes.
Federico fait des études de philosophie, littérature et droit à l'université de Grenade où il devient l'ami de Manuel de Falla qui exerce une forte influence sur lui.

FEDERICO ET MANUEL
DE FALLA À GRENADE
Outre ses talents d'écrivain, il était aussi peintre et musicien. Passionné de musique folklorique, il organise, en 1922, un festival de Flamenco. En 1923, il participe à la création de « La Génération de 27 », un groupe littéraire de poètes, innovateur et révolutionnaire. Le groupe disparaît au début de la guerre d'Espagne.

En 1929, suite à sa rupture avec le sculpteur Emilio Aladren, il est victime d'une dépression. Sa famille l'envoie faire un voyage au États-Unis. Il rentre en Espagne en 1930 et s'installe à Madrid. En 1931, il est nommé directeur de la société de théâtre étudiante subventionnée, La Barraca, dont la mission est de faire des tournées dans les provinces essentiellement rurales pour présenter le répertoire classique.

ARCHIVES RENDUES PUBLIQUES,
RÉVÈLENT L'IMPLICATION DU RÉGIME DE FRANCO
En 1936, au début de la guerre civile, il rentre en Andalousie. Il est arrêté par le régime franquiste et exécuté quelques jours plus tard par la phalange espagnole (les archives rendues publiques, en avril 2015, par Eldiario.es révèlent l'implication du régime de Franco). Son corps est jeté dans une fosse commune. En 2008, les fouilles ont été entreprises pour tenter d'identifier son corps, mais rien ne prouve à ce jour que Garcia Lorca ait bien été enseveli dans cette fosse. Ses fouilles reprendront en 2014.

Le régime de Franco décide l'interdiction totale de ses œuvres jusqu'en 1953 quand « Obras completas » est publié dans une version très censurée.

Parmi ses œuvres on peut citer : « Poème du cante jondo » (1921), « Mariana Pineda » (1923-1925), « Romancero gitan » (1928), « Poète à New York » (1930), « Noces de sang » (1932), « "Yerma » (1934), « Divan du Tamarit » (1936), « Sonnets de l’amour obscur » (1936), « La Maison de Bernarda Alba » (1936).

mercredi 7 août 2019

L'ÉPOPÉE DE WINNIPEG : QUAND 2500 ESPAGNOLS EMBARQUÈRENT DE PAUILLAC POUR LE CHILI EN 1939

  L'ÉPOPÉE DE WINNIPEG : QUAND 2500 ESPAGNOLS 
EMBARQUÈRENT DE PAUILLAC POUR LE CHILI EN 1939

[ Cliquez sur la flèche pour voir la vidéo ]


dimanche 21 juillet 2019

LE POÈTE CUBAIN ROBERTO FERNANDEZ RETAMAR EST MORT

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
LE POÈTE ROBERTO FERNANDEZ RETAMAR
À LA HAVANE, À CUBA, LE 14 MARS 2012. 
PHOTOADALBERTO ROQUE / AFP
Partisan de la révolution cubaine de 1959 et proche de Fidel Castro, il a occupé plusieurs fonctions politiques. Il présidait la Maison des Amériques à La Havane, depuis 1986. 
Le poète et essayiste cubain Roberto Fernandez Retamar est décédé samedi 20 juillet à l’âge de 89 ans, a annoncé la Maison des Amériques, un organisme culturel basé à La Havane qu’il présidait depuis 1986, après en avoir été le directeur.

Partisan de la révolution cubaine de 1959 et proche de Fidel Castro, Roberto Fernandez Retamar occupa plusieurs fonctions politiques, notamment celle de membre du Conseil d’État (gouvernement) chargé de la culture.

« Cher Roberto, merci de nous avoir laissé ton travail, ta lucidité et ton engagement », a écrit le président cubain, Miguel Diaz-Canel, sur Twitter.



SUR LE MÊME SUJET :

samedi 29 juin 2019

LE VOYAGE DU WINNIPEG


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


LE «WINNIPEG» ENCORE SOUS PAVILLON DE LA 
« COMPAGNIE FRANCE NAVIGATION», AVANT
SON DÉPART POUR LES CÔTES CHILIENNES

Ñ

Je sentais dans mes doigts
les graines
de l'Espagne
que je rachetai, que je répandis
sur la mer, destinées
à la paix
des prairies. (1)

LE «WINNIPEG» AVAIT COMMENCÉ
SES SERVICES EN 1918 SOUS LE
NOM DE «JACQUES CARTIER»
  
Le 4 août 2019, on commémorera le quatre-vingtième anniversaire du « poème » que Pablo Neruda considérait comme le plus important de son œuvre. Poème ailé qui a entrepris son envol «pour la première fois sur le quai d'un embarcadère, près de Bordeaux.» (2)

Ce poème est le voyage du « Winnipeg », le bateau de l'espérance.

Il amena avec lui plus de deux mille républicains espagnols, parmi les vaincus de la guerre civile. Neruda est venu les chercher en France à la demande du gouvernement du Front Populaire chilien que présidait Pedro Aguirre Cerda. Après une traversée de presqu'un mois, il arriva au Chili et il débarqua à Valparaiso le 3 septembre de la même année, après avoir effectué une escale à Arica.

DES PASSAGERS DU WINNIPEG
Le «Winnipeg» était un cargo français de 9.717 tonnes, propriété de la «Compagnie Générale Transatlantique» (C.G.T.). Il avait commencé ses services en 1918 sous le nom de «Jacques Cartier». Plus tard, il a fut utilisé comme bateau école pour les Officiers de la même compagnie. En 1929, il fut rebaptisé «Winnipeg» et affecté aux lignes du Pacifique Nord. En 1938, il fut cédé à la «Compagnie France Navigation» (C.F.N.) et il prit le nom de «PAIMPOL».

Le Gouvernement Républicain en exil, à travers son Service d'Évacuation des Réfugiés Espagnols (SERE), a engagé le «Winnipeg» pour effectuer le voyage de l'espérance. Dans l'un des quais du port de Trompeloup, dans l'estuaire de la Gironde, il fut transformé en bateau de transport de passagers.

DÉBARQUEMENT DU « WINNIPEG »
 À VALPARAISO LE 03 SEPTEMBRE 1939
 
Le 26 mai 1941, le «Winnipeg» fut capturé par l'avis néerlandais «Van Kinsbergen» avec 750 personnes à bord, près des côtes de la Martinique. Il y avait un ordre de capture pour les navires sous pavillons français au service du gouvernement de Vichy. La même année, il est incorporé aux forces alliées par le gouvernement britannique comme «Winnipeg II». Le 22 octobre 1942, il est torpillé et coulé, dans l'Atlantique Nord par le sous-marin allemand U-443, tandis qu'il naviguait en convoi.

« Que la critique efface toute ma poésie, si bon lui semble. Mais ce poème dont j'évoque aujourd'hui le souvenir, personne ne pourra l’effacer. » (2)
Mélina Cariz

(1) Mission d’amour. MÉMORIAL DE L'ÎLE NOIRE suivi d'ENCORE [1977], trad. de l'espagnol par Claude Couffon, pages 121-123. Collection Poésie/Gallimard.

(2) Le Winnipeg et autres poèmes. NÉ POUR NAÎTRE [1980], trad. de l'espagnol par Claude Couffon, Collection Du monde entier, Gallimard.

vendredi 1 mars 2019

LA BANDERA

Levántate conmigo.

Nadie quisiera
como yo quedarse
sobre la almohada en que tus párpados
quieren cerrar el mundo para mí.
Allí también quisiera
dejar dormir mi sangre
rodeando tu dulzura.

Pero levántate,
tú, levántate,
pero conmigo levántate
y salgamos reunidos
a luchar cuerpo a cuerpo
contra las telarañas del malvado,
contra el sistema que reparte el hambre,
contra la organización de la miseria.

Vamos,
y tú, mi estrella, junto a mí,
recién nacida de mi propia arcilla,
ya habrás hallado el manantial que ocultas
y en medio del fuego estarás
junto a mí,
con tus ojos bravíos,
alzando mi bandera. 

La Bandera en Los versos del capitán de Pablo Neruda (1904-1973), fue publicado por primera vez de manera anónima en Italia en 1952


samedi 29 septembre 2018

NANCY CUNARD, UNE FEMME DÉBOUT CONTRE LES OPPRESSIONS

J’ai découvert Nancy Cunard lors de la lecture d’un article du Monde des livres intitulé, Ce qu’être noir de peau veut dire, de Philippe Dagen (Le Monde, 01/06/2018). Il revenait à l’écrivain et critique d’art au Monde de présenter la réédition en version originale de « Negro Anthology » de Nancy Cunard, œuvre monumentale et pionnière tirée comme lors de sa première parution, à Londres en 1934, à 1000 exemplaires. Dans cet ouvrage collectif consacré à l’histoire des Noirs et à leurs combats, il s’agissait pour Nancy Cunard, « d’accumuler le plus grand nombre possible de connaissances et de réflexions sur la situation des peuples et des cultures noirs », écrit Philippe Dagen. 
NANCY CUNARD, 1926
PHOTO CURTIS MOFFAT 
D’où la forme anthologique et la contribution d’écrivains, d’artistes et de militants venant d’horizons divers :

• de la résistance noire comme W.E.B Du Bois, figure majeure de l’histoire américaine, Jomo Kenyatta, père de l’indépendance du Kenya… ; 
• de la Renaissance de Harlem comme Langston Hughes et Zora Neale Hurston… ; 
• des communistes engagés dans la cause africaine comme James W. Ford et Raymond Michelet… ; 
• et des écrivains surréalistes comme Georges Sadoul, René Crevel et Louis Aragon. 

Mais qui est cette amie du monde noir des Amériques, de l’Afrique, des Antilles… et des écrivains surréalistes ? Qui est cette passeuse de langues et de cultures ? Certes, j’ai croisé, lors d’une recherche sur les grandes figures noires en 2010 [1], cette militante connue pour la justesse de ses combats dans les années 20 et 30, mais sans trop m’attarder. L’article de Philippe Dagen, m’incite à la faire connaître à un public plus large et parler de ses combats.

Une riche héritière blanche au parcours inattendu


 ENSEMBLE DE PIÈCES D’IDENTITÉ ET DE
CARTES DE PRESSE DE NANCY CUNARD
HARRY RANSOM CENTER
Femme au destin exceptionnel, Nancy Cunard fut de tous les combats de son époque, tout en étant à la fois journaliste, traductrice, éditrice, poétesse, collectionneuse d’art africain, mondaine et militante politique. Elle est le modèle immortalisé par les photographes Man Ray, Barbara Ker-Seymer et Cécile Beaton. Fille de l’américaine Maud Alice Burke et de Sir Bache Cunard, magnat et héritier, Nancy est née, à Neville Holt, dans un château médiéval à une centaine de Kilomètres de Londres, en Angleterre, en mars 1896. C’est dans une ambiance de liberté, de licence, d’intelligence et de sensibilité artistique que grandit Nancy, tout en fréquentant les meilleures écoles. A ses 18 ans, veille de la première guerre mondiale, elle largue les amarres avec sa mère et son milieu pour vivre une vie de bohème hors-norme. Elle boit, fait la fête, raffole des tenues excentriques, fréquente les artistes de la contre-culture, de T.S. Eliot à Jacob Epstein, et tombe sans cesse amoureuse. Elle acquière la réputation sulfureuse de croqueuse d’hommes, de vamp [2]. La jeune Miss Cunar a néanmoins des objectifs ambitieux. Elle fréquente régulièrement l’influent « Bloomsbury group » où se retrouvent les époux et écrivains Leonard (1880-1969) et Virginia Woolf (1883-1946), l’économiste Maynard Keynes (1883-1946), les peintres Roger Frey (1866-1934) et Duncan Grant John (1885-1978) et d’autres grands noms de l’époque. Elle écrit des poèmes. Ses premiers textes sont publiés en 1916 dans l’anthologie des frères Sitwell consacrée à la « nouvelle poésie » contemporaine et moderne.


Une passeuse culturelle d’exception

Á Paris, où elle s’installe en 1920, elle fréquente les milieux littéraires qui contestent les valeurs traditionnelles, tout en participant aux nombreuses fêtes parisiennes qui rassemblent tous les avant-gardes artistiques du moment. Parlant plusieurs langues, Nancy fait le lien entre les artistes et intellectuels anglo-saxons et l’avant-garde littéraire et artistique parisienne. Son appartement de l’île Saint-Louis devient très vite un lieu de rencontre interculturelle où défilent toutes les avant-gardes. C’est elle qui est au centre de tout ce petit monde
En 1927, elle achète une maison à La Chapelle-Réanville en Normandie et fonde avec Aragon sa maison d’édition Hours Press pour « défendre l’innovation et une nouvelle vision des choses » (Cunard, 1969). Elle édite en tirages limités plus d’un vingtaine d’ouvrages. Mais elle cesse son activité éditoriale en 1931 pour mieux se consacrer à la préparation de son grand œuvre : Negro Anthology. Nancy n’a alors que 35 ans et elle a déjà de fortes convictions antiracistes, anticolonialistes et antiimpérialistes qu’elle partage avec ses amis surréalistes. Avec Negro Anthology, elle veut montrer que le « préjugé racial ne repose sur aucune justification (…) que les Noirs ont derrière eux une longue histoire sociale et culturelle, et que ceux qui les rejettent comme des sous-hommes ignorent tout de leur histoire passée, de leurs civilisations, de leurs luttes », écrit son collaborateur Raymond Michelet [3].

Femme de tous les combats

En l’été 1928, Nancy rencontre le pianiste noir américain de jazz, Henry Crowder (1890-1955). Elle apprend de Crowder ce que signifie être noir aux Etats-Unis. Leur histoire sentimentale ‒ assez insolite pour l’époque ‒, provoque le scandale et soulève des réactions indignées et violentes Sa mère qui pourtant n’est pas une sainte lui coupe les vivres. Profondément interpellée par le racisme de sa société et la violence de la condition des Noirs américains, Nancy riposte violemment par une petite brochure, intitulée Black Man and White Ladyship. C’est la rupture définitive de Nancy avec son milieu et une nouvelle étape dans son parcours. Elle est plus que jamais déterminée à réaliser Negro Anthology en vue d’apporter un regard nouveau sur les Noirs et leurs cultures.

Cette même année, Nancy Cunard est aux Etats-Unis avec Henry Crowder à la recherche des contributeurs pour son anthologie. Ils descendent à Harlem et s’installent dans un hôtel réservé aux Noirs, l’hôte l Grampion. La presse crie au scandale. Elle n’est pas également toujours bien reçue par les Noirs. L’année 1931 est également celle de l’affaire des Scottsboro Boys. Le 8 avril, neuf garçons noirs âgés de douze à vingt ans sont jugés de manière expéditive pour le viol de deux Blanches dans un train de marchandises traversant l’Etat de l’Alabama. Huit des neuf accusés sont condamnés à mort par le tribunal de Scottsboro, soit quinze jours après les faits présumés. Ce procès expéditif par un jury composé exclusivement de blancs et, de surcroît, dans une région où le lynchage reste monnaie courante, suscite l’indignation des progressistes noirs et bancs.

Farouchement antiraciste, anticolonialiste et antifasciste

Nancy est à la pointe du combat en Europe. Elle constitue à Londres un comité de soutien et mobilise ses réseaux parisiens et londoniens. Elle lève des fonds qui sont envoyés au comité new-yorkais et aux familles des accusés ; elle organise des réunions à son domicile londonien, informe et mobilise la presse en livrant un récit détaillé des procès – à procès à rebondissement qui défraye la chronique judiciaire pendant près de vingt ans

Quant éclate la guerre civile en Espagne, le 17 juillet 1936, Nancy quitte sa Normandie pour rejoindre immédiatement Barcelone, la républicaine. C’est là, en Espagne, à Madrid, qu’elle rencontre le poète et diplomate chilien Pablo Neruda (1904-1973). Elle fonde avec lui, en 1937, la revue Los Poetas del mundo defienden pueblo espanol (Les poètes du monde défendent le peuple espagnol ‒ six numéros au total) qu’ils impriment dans sa maison de La Chapelle-Réanvlle, en Normandie.

L’engagement de Nancy pour la cause républicaine/espagnole est sans faille. Là encore, Nancy Cunar fait preuve d’une lucidité qui a manquée à beaucoup de ses contemporains. « Pour tout intellectuel honnête, il est impossible, disait-elle, d’être profasciste » [4]. On la retrouve ensuite à Londres en 1941 où elle œuvre comme traductrice pour la résistance française. Après la guerre, en 1950, elle s’installe dans le Lot, à Lamothe-Fénelon. Dans sa nouvelle maison, qu’elle dit « incroyablement petite et rudimentaire », elle continue à recevoir ses amis et à soutenir les républicains espagnols, tout en continuant à écrire.

Morte épuisée au combat

Le rythme de travail qu’elle s’est imposé, ses multiples combats et voyages, ses excès d’alcool… ont fini par dégrader sérieusement sa santé physique et mentale. Elle est morte le 16 mars dans une salle commune de l’hôpital Cochin, à Paris. Parmi les personnes présentes à son enterrement ‒ les seules d’ailleurs ‒, on retrouve le critique d’art Douglas Cooper, Raymond Michelet et ses deux amies intimes, Janet Flanner et Solita Solano. Pablo Neruda, amant d’un temps et ami jusqu’à sa mort, écrit : « Mon amie Nancy Cunard est morte à Paris en 1965. C’est là qu’elle ferma ses magnifiques yeux bleus pour toujours… Elle s’était consumée dans une longue bataille contre l’injustice du monde. ». Elle souhait qu’on retienne trois choses essentielles : « Égalité de “races”, égalité des sexes et égalité des classes. Je suis en accord avec tous les individus de tous les pays qui ressentent la même chose, et agissent en conséquence. »


[1] Cf. MICHEL Reynolds, voir Journal Témoignages, 21/06/2010 ; 05/07/2010 ; 12/07/2010 ; 11/10/2010 ; 18/10/2010 ; 25/10/2010 ; 28/10/2010.
[2] FRIOUX-SALGAS Sarah, Introduction « L’Atlantique noir » de Nancy Cunard, Negro Anthology, 1931-1934, In Revue Gradhiva, 19/2014. Sarah Frioux-Salgas est commissaire de l’exposition « l’Atlantique noir de Nancy Cunard » au quai Branly en 2014 à l’occasion du 80e anniversaire de la sortie de Negro Anthology. Elle est une grande spécialiste de l’histoire africaine. C’est cette exposition consacrée à Nancy Cunard qui l’a fait sortir de l’oubli.
[3] FRIOUX-SALGAS Sarah, Ibid.
[4] SCHIFFER Liesel, Nancy Cunard par François Buot, 02/10/2009. www.lieselschiffer.fr
SUR LE MÊME SUJET :

vendredi 17 août 2018

« LORCA EST LE DISPARU LE PLUS REGRETTÉ DU MONDE »

Publié le 16 Août 2018. « Lorca es el desaparecido más llorado del mundo  » ,(Lorca est le disparu le plus regretté du monde »
[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
« TÊTES COUPÉES DE FEDERCO GARCÍA LORCA
ET PABLO NERUDA », BUENOS AIRES 1934

 DESSIN DE FEDERICO GARCÍA LORCA 

Ian Gibson né le 21 avril 1939 à Dublin, est un auteur et hispaniste irlandais, connu pour ses biographies d'Antonio Machado, Salvador Dalí, Henry Spencer Ashbee, et surtout pour ses livres sur Federico García Lorca, pour lesquels il a reçu plusieurs prix comme le Prix James Tait Black Memorial en 1989. Son livre La represión nacionalista de Granada en 1936 y la muerte de Federico García Lorca (La répression nationaliste de Grenade en 1936 et la mort de Federico García Lorca) fut censuré en Espagne sous Franco.

ENTRETIEN

IAN GIBSON AUTEUR ET 
HISPANISTE IRLANDAIS
PHOTO EMILIA GUTIÉRREZ

Il y a 82 ans aujourd'hui, Lorca était arrêté.
À cinq heures de l'après-midi.

Où ?
Au centre de Grenade, dans la maison des Rosales, où il fut abrité, protégé des agressions.

Quelles agressions?
Des matons avaient pénétré par effraction dans la maison familiale des García Lorca, la Huerta de San Vicente, et l'ont maltraité ...

Qui étaient les voyous?
Des escouades qui, chaque jour, assassinaient des dizaines de Grenadiens soupçonnés d’être républicains, sous la protection du gouverneur putschiste José Valdés depuis le 20 juillet.

Pourquoi Lorca n'a-t-il pas fui Grenade ?
Il craignait que s'il fuyait ils attaqueraient son père. La famille Rosales était des amis, et c'est là-bas qu'il s'est réfugié.

Pourquoi a-t-il cru que c'était un lieu sûr ?
Le père de famille Rosales était quelqu'un de très respecté. Et ses enfants étaient des phalangistes éminents, et faisaient partie des vainqueurs du coup d’état. L'un d'entre eux était Luis, âgé de 26 ans, poète, disciple et ami de Federico.

Et qui a osé aller l'arrêter dans cette maison ?
C’est Raymond Ruiz Alonso, un ex député ambitieux cediste : il détestait les Rosales pour l’avoir empêché de rejoindre la Phalange. Il a dénoncé Lorca en le faisant passer pour un espion russe !

Calomnie !
La mère Rosales lui a tenu tête et a appelé l'un de ses fils, Miguel, qui a accompagné Lorca.

Et on n'en a jamais plus entendu parler
José et Luis Rosales sont allés le secourir au gouvernement civil. Il y eût une forte altercation, mais Valdés n'était pas là, et ils n'ont pas libéré Lorca.

Où était Lorca ?
Il a passé la nuit sur place. Le lendemain, José est revenu le chercher, et Valdés lui a dit : « Ils l'ont emmené ». Il a menti, Lorca était là !

Comment le savez-vous ?
Angelina, la bonne des García Lorca, a porté ce matin un panier de nourriture et a pu le voir : elle me l'a raconté en 1966 et elle ne me mentait pas !

N'y avait il pas une manière de sauver Lorca ?
Manuel de Falla est allé le chercher, et Valdés l'a mis dehors. Et ils ont failli fusiller Luis Rosales pour avoir protégé un rouge ! Le père a payé une grosse somme et l'a libéré.

Et si le père de Lorca avait payé?
Ils le voulaient mort ! Pour avoir été le protégé du socialiste Fernando de los Ríos. Pour des vers contre la Garde Civile. Pour avoir fait du théâtre pour les pauvres. Parce qu’il était homo  ! Et pour avoir dit que « à Grenade, s'agite la pire bourgeoisie d'Espagne »

Et c'était vrai!
Certaines familles bourgeoises de la Vega enviaient la famille García Lorca, libérale et couronnée de succès.

Quand et comment fut le crime? 
À l'aube du 17 au 18 août, sur la route de Víznar à Alfacar. Et ils l'ont torturé.

C'est une hypothèse ...
Je sais qu'ils voulaient le voir souffrir. Le Cediste Trescastro s'est vanté dans un bar : « Le poète à la grosse tête, je viens de lui mettre deux coups dans le cul à ce pédé ». Et c’est là qu’ils l’ont enterré.

Est-ce que Lorca avait peur de ce qui allait lui arriver?
Lorca avait tout compris.

Comment pouvez-vous le savoir?
« Allez-vous beaucoup pleurer s'ils me tuent ? » demandait-il quelques jours avant aux bonnes à la Huerta... Il était obsédé par sa mort. Jeune, déjà il faisait semblant d'être mort : ça effrayait Dalí ! 

Dalí a dit "olé!" après avoir su sa mort.
Ce fut son élégie à son ami. Il reconnaissait dans cette mort la dimension poétique, comme Lorca l'avait exprimé dans son élégie à la mort dans l’Arène du torero Ignacio Sánchez Mejías.

Dalí n’était pas en train de se réjouir.
Non! Pour Dalí, Lorca a été le meilleur ami qu’il avait eu dans sa vie! J'ai rendu visite à Dalí déjà intubé, et j’ai juste entendu « Lorca » ... et il a pleuré!

Où sont les ossements de Lorca ?
En 1966 c'est Manuel Castillo Blanco le Communiste, son fossoyeur qui me l'a révélé : « Près de cet olivier ».

Pensez-vous qu'ils y sont toujours?
Durant les travaux du parc García Lorca, en 1986, des ossements sont sortis. Et, sans rien dire, ils les ont mis dans un sac et ils ont été réenterrés dans un autre coin du parc!  

Où ?
Sous le creux du goudron de cette énorme fontaine qu’ils ont faite là. Le géoradar de l'expert Luis Avial a révélé où ils sont!

Cela ne coûterait rien de les déterrer 
Certains d’entre nous en avons fait la demande: nous attendons la permission de la Junta de Andalucía.

Qui a fait taire ce transfert des ossements de Lorca?
La Députation de Grenade, du PSOE, a voulu inaugurer rapidement le parc García Lorca, et mettre ce sujet sur la table…aurait reporté l'inauguration.

Quel désastre, les politiciens. 
Antonio Ernesto Molina Linares l’a avoué alors qu'il était encore deuxième vice-président de la Députation.

Et pourquoi la famille du poète s'oppose-t-elle toujours à l'exhumation de Lorca ?
Personne ne comprend. Je crois qu'il y a eu en 1953 un accord avec Franco : ne rien remuer et ne pas critiquer publiquement le régime ... en échange de pouvoir éditer les œuvres Lorca en Espagne, vivre ici et toucher des droits d'auteur.

Quelles explications donnait Franco au sujet de la mort de Federico García Lorca?
Que ce fut un accident fortuit de la guerre.

Et maintenant, nous allons déterrer Franco ...
Le plus grand assassin espagnol de tous les temps, il n’est pas mort au combat : hors de ce mausolée, maintenant ! Quelle honte pour l'Espagne : Lorca est le disparu le plus célèbre au monde! Le plus aimé et pleuré de tous les disparus ... Quelle honte pour l'Espagne !