Diaporama de Pablo Neruda.
Traitement des images, restauration, Guy Desmurs

Citation de Pablo Neruda

mardi 17 mai 2011

Pablo Neruda: la thèse d'un assassinat

Le Chili de l'automne 73


SCÈNES DE RUE EN 1973 DANS LE CHILI DE LA JUNTE : AUTODAFÉ DE LIVRES "SUBVERSIFS" ET ENTERREMENT DE PABLO NERUDA (LE 23.09.1973) SOUS LE REGARD "VIGILANT" DES MILITAIRES...


Selon la version connue à ce jour, Neruda est décédé le 23 septembre 1973 à 69 ans des complications d'un cancer de la prostate, aggravé par une détresse émotionnelle: sa mort est survenue deux semaines après le coup d'Etat de Pinochet, qui renversa Salvador Allende, ami de l'écrivain-diplomate.

Mais l'ancien secrétaire, assistant personnel et chauffeur de Neruda, Manuel Araya, a assuré ces derniers jours dans des entretiens à la revue mexicaine Proceso, puis au Chili, que Neruda a été assassiné pour éviter qu'il ne devienne depuis l'exil un opposant influent du nouveau régime militaire.

« Pinochet était l'assassin, il a fait tuer Neruda pour qu'il ne s'en aille pas du pays, parce qu'il était un intellectuel qu'il (Pinochet) ne souhaitait pas avoir comme opposant », a affirmé Araya, 65 ans, à l'AFP.
Araya, qui a été au chevet du poète jusque quelques heures avant sa mort, assure que Neruda avait été hospitalisé dans la clinique Santa Maria à Santiago «non pour une aggravation de son état de santé, mais pour sa sécurité», car il était « inquiet et tendu», et pensait que le nouveau régime pensait l'éliminer.

Mais selon Araya, Neruda lui avait confié avoir été alarmé par une piqûre administrée en pleine nuit par un médecin de la clinique.

Un avion et un laissez-passer l'attendaient pour le Mexique le 24 septembre, affirme Araya, mais Neruda est décédé la nuit précédente.

La Fondation Pablo Neruda, qui gère l'œuvre et les intérêts de l'écrivain, a réfuté mercredi [12/05/2011] la thèse de l'assassinat. « Aucune indice, aucune preuve de quelque nature que ce soit ne suggère que Pablo Neruda est mort d'une cause autre que le cancer à un stade avancé dont il souffrait ».

« Il ne semble pas raisonnable d'échafauder une nouvelle version de sa mort sur la seule base de l'opinion de son chauffeur, M. Manuel Araya, s'exprimant sans autre élément que son avis personnel », a ajouté la Fondation dans un communiqué.

Aucun commentaire: