Diaporama de Pablo Neruda.
Traitement des images, restauration, Guy Desmurs

Citation de Pablo Neruda

mardi 18 octobre 2016

FIN DE MUNDO : UNE CHRONIQUE POÉTIQUE

FIN DE MUNDO (1969) DE PABLO NERUDA : UNE CHRONIQUE POÉTIQUE

ÉDITION PRINCEPS
FIN DE MUNDO

Après Canto General (1950), premier exemple de chronique qui consiste en une réécriture de l’Histoire du continent américain, la voix poétique revêt à nouveau le rôle de chroniqueur dans le recueil moins connu Fin de mundo (1969), dans lequel il oppose à la certitude antérieure une vision désabusée, nuancée et apocalyptique du XXème siècle. Comment continuer à écrire après les catastrophes du siècle (la Seconde Guerre mondiale, le lancement des bombes atomiques, l’échec du projet communiste, le problème écologique), et la crise intime (liée notamment à la culpabilité pour complicité dans les crimes staliniens) ? Prenant à sa charge tous les maux de l’Humanité, sous les traits d’un chroniqueur désenchanté à la fois témoin, prophète et martyr, la voix poétique tente, à travers l’espace poétique, de trouver une réponse.
Mélina Cariz
Au long de sa vie, le poète chilien Pablo Neruda a établi dans nombre de ses recueils un rapport étroit entre la poésie et la chronique en raison de son engagement social et politique. Toujours sensible aux événements historiques de son temps, il ressent la nécessité d’en laisser une trace dans son œuvre poétique, comme cela devient manifeste à partir du recueil España en el corazón (1936), où il témoigne de la tragédie de la guerre d’Espagne et revendique une fonction sociale de la poésie.

ÉDITION PRINCEPS FIN DE MUNDO
ILLUSTRATION DE NEMESIO ANTUNEZ
2 Pablo Neruda commence sa pratique de la chronique avec des textes en prose, en collaborant dans le journal chilien La Nación lors de son séjour en Orient, au cours duquel il travaille comme consul dans différents pays d’Asie du Sud-Est.

3 La pratique de la chronique poétique s’affirmera plus tard, avec le premier grand exemple, Canto general (1950), qui constitue un double ancrage temporel : dans le présent, dans la mesure où on y trouve des poèmes renvoyant à des événements contemporains du poète ; mais aussi dans une perspective historique plus large puisque sa mission consiste à proposer une vision alternative de l’histoire passée : la vision des vaincus. « Je suis ici pour raconter l’histoire », déclare-t-il dans le poème d’ouverture « Amor América » (« Yo estoy aquí para contar la historia », Neruda, 1999 : 417).

ÉDITION PRINCEPS FIN DE MUNDO
ILLUSTRATION D'OSWALDO GUAYASAMÍN
4 Mais nous nous intéresserons dans cet article au recueil Fin de mundo (1969), qui revêt clairement les caractères d’une chronique («récit mettant en scène des personnages réels ou fictifs, tout en évoquant des faits sociaux et historiques authentiques, et en respectant l’ordre de leur déroulement 1»), rendant compte d’un ensemble de traits culturels et de faits historiques apparus au long du XXème siècle. Le recueil est divisé en onze sections, mais sans ordre chronologique précis.

5  Les recueils Canto General et Fin De Mundo 2 ont en commun de représenter le poète au milieu de la Grande Histoire, mais à deux moments distincts du XXème siècle. Et alors que CG répond à une vision optimiste et quelque peu manichéenne (le poète communiste déclare son soutien inconditionnel à son parti ainsi que la guerre totale au capitalisme et à l’impérialisme américain), FDM est considéré comme le versant désenchanté du CG (Santí, 1978 : 368), (Loyola, 1996 : 110). C’est un bilan critique plein de désillusion du XXème siècle proposé par une voix poétique dont le ton est aux antipodes de celui du CG. Il s’agit d’une nouvelle réflexion de Neruda sur le sens de l’histoire. Le poète, accablé par l’écrasement du printemps de Prague, constate et déplore les abus du régime soviétique. C’est donc sous l’effet de son sentiment de culpabilité (par complicité) que le sujet poétique propose un panorama d’un XXème siècle mourant.

ÉDITION PRINCEPS FIN DE MUNDO
ILLUSTRATION DE JULIO ESCÁMEZ
6 Dans la production nérudienne, d’autres recueils peuvent être considérés comme des chroniques, ce sont des textes de circonstance dans lesquels le poète lui-même se désigne comme un « barde » ou « poète d’utilité publique ». C’est le cas de Canción de gesta (1960), qui rend hommage à la révolution cubaine, ou de Incitación al nixonicidio y alabanza de la revolución chilena (1970), écrit pour dénoncer la politique déstabilisatrice des États-Unis au Chili. Mais contrairement à ces œuvres écrites dans une certaine urgence, FDM semble proposer une approche presque philosophique de l’histoire.

7 Nous proposons d’étudier dans cet article les caractéristiques de cette chronique poétique, en nous intéressant d’abord aux faits historiques rapportés dans le recueil, puis à la place et la nature de la voix poétique. Nous examinerons enfin la forme poétique de cette chronique.

8 Dans quelle mesure peut-on parler de chronique dans le cas de FDM ? Le recueil rend compte d’aspects sociopolitiques et culturels très divers du xxe siècle en général, ainsi que d’événements précis, mais connotés négativement pour la plupart3, de façon à dresser un portrait de ce siècle, tout en le condamnant.

1.1. Violence générale caractéristique du xxe siècle

9 Tout d’abord, tout au long du recueil, le XXème siècle est caractérisé par une violence constante, diffuse, comme on le voit dans le poème «El siglo muere », à travers le recours à l’animalisation :

El siglo que cumple cien años
de picotear ojos heridos
con sus herramientas de hierro
y sus garras condecoradas
[…]
(Neruda, 2000: 421)

ÉDITION PRINCEPS FIN DE MUNDO
ILLUSTRATION DE MARIO CARREÑO
10 Le phénomène de l’exil est une autre forme de violence emblématique du XXème siècle relevée par le sujet poétique, à travers des formules telles que «El siglo de los desterrados» (Le siècle des déracinés : « Tristísimo siglo » Neruda, 2000 : 501).

11 Le sujet poétique fait aussi allusion à des événements précis, comme la guerre d’Espagne (« El tiempo en la vida »), puis la montée du nazisme et du fascisme en Allemagne, ainsi que l’enfer des camps de concentration (« Otra vez »). Le sujet poétique dénonce par ailleurs l’interminable guerre du Vietnam dans plusieurs poèmes (« Sepan lo sepan lo sepan », « Vietnam », « ¿Por qué, señor? »). On trouve également consignés les assassinats de leaders politiques progressistes comme le Congolais Patrice Lumumba, le Marocain Mehdi Ben Barka, l’Algérien Ahmed Ben Bella (« Los desaparecidos ») ou l’Argentin Ernesto Guevara (« Tristeza en la muerte de un héroe »).

1.2. Divorce entre progrès technique et progrès humain

12 Le lancement des bombes atomiques sur le Japon, dénoncé dans le poème « Bomba (I) », représente pour le sujet poétique l’apogée de la violence et de la folie humaine :

Pero en estos años nació
la usina total de la muerte.
(Neruda, 2000 : 454)

13 Ce poème dénonce la course à l’armement nucléaire entre les deux blocs, et développe en outre un autre aspect de la bombe atomique : le danger écologique qu’elle représente, et qui constitue un exemple du divorce entre progrès technique et progrès humain, où il faut voir une autre des caractéristiques du XXème siècle.

14 Ce divorce, souligné par la voix poétique, est défini par Hernán Loyola comme un trait saillant de la postmodernité nérudienne (Loyola, 1999 : 28). Les exemples sont nombreux : le sujet poétique entrevoit le danger écologique que représentent les bombes atomiques, qui, bien qu’elles signifient un progrès technologique sans précédent, se retournent contre leur concepteur, l’homme :

y pondrá veneno en las flores
la primavera radioactiva
para que caigan en pedazos,
el fruto muerto, el pan podrido.
(Neruda, 2000 : 455)

15 De la même façon, les progrès dans l’aérospatiale et la médecine sont remis en question dans le poème « Qué pasó? », à travers un double chiasme qui en souligne l’ambiguïté :

y ya podemos adquirir
en el almacén venidero
pulmón recién reconstruido,
corazón de segunda mano.

Hay signos terrestres plantados
en las arenas de la luna:

son victorias, son amenazas?
son amarguras o dulzuras?

Para quedarnos satisfechos
las celebraremos llorando
o dispongámonos mejor
a llorarlas con alegría
(ibid. : 460-461)

1.3. Critiques vis-à-vis du camp socialiste

16 C’est la première fois que Neruda exprime de façon explicite ses doutes, ses critiques vis-à-vis du régime stalinien, et sa culpabilité pour l’avoir soutenu par ses prises de position publiques et par ses poèmes. Le recueil Estravagario, publié en 1958, au lendemain des révélations des crimes staliniens lors du XXème congrès du Parti communiste de l’Union soviétique, avait initié ce mouvement.

17 La question du culte de la personnalité est abordée dans trois poèmes. « El culto (I) » et « El culto (II) » se réfèrent à Staline :

Un millón de horribles retratos
de Stalin cubrieron la nieve;
(ibid. : 461)

et sont aussi l’occasion pour la voix poétique d’exprimer son sentiment de culpabilité :

y estos tormentos otra vez
se acumularon en mi alma.
(ibid. : 407)

18 « El culto (III) » (ibid. : 463) décrit cette même folie dans sa version chinoise puisqu’il s’agit de Mao Tse-tung : « El otra vez pensó por todos. »

19 Par ailleurs, le poème « 1968 » décrit le sentiment du poète face à l’événement plus récent de l’invasion violente de la Tchécoslovaquie par les troupes soviétiques en août 1968 à la suite du Printemps de Prague :

La hora de Praga me cayó
como una piedra en la cabeza.
(ibid. : 402)

20 FDM dresse en somme un portrait assez sombre de la société occidentale au XXème siècle, une perception tragique de l’histoire dramatisée par la place centrale qu’occupe la voix poétique.

2. La voix poétique

ÉDITION PRINCEPS FIN DE MUNDO
ILLUSTRATION DE  
21 En effet, il s’agit à la fois d’une chronique avec beaucoup de recul par rapport aux événements du xxe siècle, et d’un recueil très personnel. De nombreux poèmes constituent une réflexion du sujet poétique sur lui-même (« Siempre yo », « Condiciones », « Regresando »), ou renvoient à des aspects biographiques (« Fundaciones »). La voix poétique est directement impliquée dans plusieurs événements historiques rapportés dans la chronique. En outre, le sujet poétique construit autour de sa figure toute une symbolique qui le présente comme le chroniqueur martyr et guide de l’Humanité en cette fin du monde apocalyptique.

2.1. Le sujet poétique témoin

22 Tout d’abord, on peut définir le sujet poétique comme témoin en raison du caractère autobiographique de l’œuvre de Neruda.

23 Le poète partage avec ses contemporains du xxe siècle une même expérience, comme l’indique l’utilisation réitérée de la première personne dans le recueil : lors de l’évocation du phénomène de l’exil « Yo también conocí el destierro » (« Tristísimo siglo », Neruda, 2000 : 502). En outre, le sujet poétique rattache son devoir de chroniqueur-témoin à son devoir de militant : dans « En Cuba », il souligne la tâche qu’il a remplie en rendant un hommage poétique à la révolution cubaine dans son recueil Canción de gesta :

[…] 
y puso a Cuba en la ventana
mi compañera poesía.
No pretendí halago ni honor,
sino el deber del combatiente.
(Neruda, 1960 : 424)

24 À propos de l’écriture du CG, Neruda écrit :

El poeta debe ser, parcialmente, el CRONISTA de su época. La crónica no debe ser quintaesenciada, ni refinada, ni cultivista. Debe ser pedregosa, polvorienta, lluviosa y cotidiana. Debe tener la huella miserable de los días inútiles y las execraciones y lamentaciones del hombre (Neruda, 2001 : 1205).

25 On voit donc que, pour lui, le rôle de chroniqueur est essentiel et inhérent à la figure du poète. Il se désigne lui-même comme « cronista irritado » (Neruda, 2000 : 492).

2.2. Le sujet poétique martyr : figure christique

26 Le sujet poétique fut témoin des drames qu’il décrit, au point, pour plusieurs d’entre eux, d’y avoir participé. Ce sentiment de culpabilité est basé sur les crimes commis par le régime stalinien. Le sujet poétique se sent trahi par le régime qu’il a soutenu, mais assume en même temps sa responsabilité en confessant l’aveuglement dont il a fait preuve pendant ces années, à travers la métaphore végétale:

«1968»

Sufrimos de no defender 
la flor que se nos amputaba
para salvar el árbol rojo
que necesita crecimiento.
[…]
Pido perdón para este ciego
que veía y que no veía.
(Neruda, 2000 : 402-403)

27 Et c’est à partir de ce sentiment de culpabilité que la voix poétique va se définir et se présenter sous des traits christiques, de façon à revêtir à la fois l’image du martyr et du prophète. Comme Jésus, Sauveur de l’Humanité, la voix poétique assume tous les péchés de ses frères (d’abord les erreurs du régime stalinien, puis tous les drames du XXème siècle).

28 Ce parallèle christique se matérialise par un inter-texte biblique (Santí, 1978 : 369) explicite, puisque les vers « Mi deber es vivir, morir, vivir. » (« La puerta », Neruda, 2000 : 397) et « Me morí con todos los muertos / por eso pude revivir » (« Canto », ibid. : 508) renvoient aux formules qui désignent le Christ dans le texte de l’Apocalypse de Jean : « el que vive; estuve muerto, pero ahora estoy vivo » (1, 18) ou « el que estuvo muerto y revivió » (2, 8) (Biblia, 1976 : 337-338). Ainsi, le motif de la résurrection est détourné et utilisé par la voix poétique dans un geste cathartique et expiatoire, et exprime sa solidarité avec l’Humanité.

29 Par ailleurs, de la même façon que Jésus annonce le royaume de Dieu, la voix poétique, prophétique, prédit la fin du monde :

« Oliverio Girondo »
Yo soy el cronista abrumado
por lo que puede suceder
y lo que debo predecir.
(FDM, Neruda, 2000 : 428)

30 On assiste donc à une mythification du sujet poétique qui s’inscrit dans une tradition littéraire du poète-prophète (Hugo, Whitman, Rimbaud). Ce qui invite à réfléchir au rôle du poète dans la cité : c’est celui autour duquel se réunissent les hommes, c’est celui qui les guide vers un chemin alternatif. Il s’agit donc d’un type de poésie qui fait corps avec le destin de son époque, une chronique qui s’appuie sur une utilisation culturelle, laïque, de l’intertexte biblique, pour dire la catastrophe.

C) La temporalité négative du xx siècle : dimension apocalyptique

31 Ainsi, tout au long du recueil, le sujet poétique déclare, sur un ton prophétique, l’imminence de la fin de ce monde meurtrier. Il interprète la situation contemporaine et dévoile les signes d’une fin de monde :

y debemos reconocer
las ruedas del Apocalipsis
(ibid. : 457)

32 Il dépeint le tableau apocalyptique d’un monde peuplé de monstres technologiques dans « Se llenó el mundo » :

las locomotoras raídas,
las penosas motocicletas,
los fracasados automóviles,
las barrigas de los aviones
invadieron el fin del mundo.
(ibid. : 453-454)

33 Cette utilisation intertextuelle et parodique du motif apocalyptique dans une version non divine sert à signifier la mort du progrès humain. De façon générale, ces intertextes bibliques disent la certitude de la finitude du « court XXème siècle » (Hobsbawm, 2000), déchiré par deux guerres mondiales sanglantes et clos par l’échec de l’idéologie communiste.

34 Par ailleurs, cette fin de monde est caractérisée par une temporalité historique négative, par un temps stagnant dans la répétition (Sicard, 1981 : 321-322). En effet, le sujet poétique inscrit la violence du XXème siècle dans une spirale répétitive:

Y otra vez, otra vez.
Hasta cuándo otra vez?
(Neruda, 2000 : 397)

35 s’interroge-t-il dans le prologue. Dans « Las guerras », il parle de « la repetición del castigo » (ibid. : 412).

36 Cependant, il faut ajouter qu’une certaine tonalité humoristique vient nuancer la gravité du propos du sujet poétique. En effet, on trouve tout au long de la chronique des jeux de mots :

« Por qué, señor? »

No son los Estados-Unidos
son los Estados Escupidos.
(ibid. : 422)

37 ou des poèmes qui racontent un événement sur un ton tragi-comique :

« Muerte de un periodista »

Preparémonos a morir
en mandíbulas maquinarias.
[…]
Debo cumplir con mi deber:
hacerme aceitoso y sabroso
para que me coma una máquina.
(ibid. : 456-457)


38 On a donc l’image d’un sujet poétique désabusé devant les drames du XXème siècle, mais cette posture humoristique révèle en même temps une voie de salut pour le poète qui cherche une façon de continuer à écrire après un tel échec. En effet, si l’on considère que l’humoriste accepte le réel, avec une valeur ajoutée, puisqu’il fait comme si le réel était tel qu’il devrait bien être4, on peut conclure à une fonction réconciliatrice de l’humour comme assomption du réel. Ce qui permettrait au sujet poétique de résoudre son conflit intérieur, politique et poétique, de trouver une nouvelle voie d’écriture, et de croire en une possible nouvelle vie : « la nueva ternura en el mundo. » (« Canto », ibid. : 508).

3. La forme poétique de la chronique

39 Il convient de s’interroger sur la spécificité formelle de la chronique nérudienne : sa forme poétique. D’une part elle permet une insistance sur l’oralité et le rythme, et d’autre part, elle semble être un lieu propice à la remise en question.

3.1. La versification : l’ennéasyllabe

40 De la même façon que les auteurs de chroniques littéraires dotent leurs textes de structure narrative, Neruda donne une identité poétique forte à sa chronique d’un point de vue métrique : elle est composée presque intégralement en ennéasyllabe, c’est-à-dire avec le dernier accent tonique sur la huitième syllabe métrique.

41 L’ennéasyllabe est le vers nérudien par excellence. Le poète y recourt pour indiquer des changements importants dans son évolution poétique. Et l’utilisation de ce vers réapparaît avec la crise de 1958, dans le recueil Estravagario, qui marque un virage dans son œuvre et dans lequel domine le vers ennéasyllabique. Tous les poèmes de FDM, à l’exception du prologue, sont rédigés en ennéasyllabes. L’utilisation de ce vers signale ici le retour dans l’œuvre poétique des thèmes contemporains de politique internationale, ainsi que du poète d’utilité publique, mais ceci dans une tout autre perspective que celle de la production antérieure : il s’agit pour le sujet poétique, à travers cette structure métrique, de dénoncer les crimes du XXème siècle, d’effectuer une critique du socialisme réel, tout en assumant une part de culpabilité (Loyola, 1996 : 103-110). Autrement dit, le mètre a pour rôle, dans cette chronique, d’insister sur le présent et sa gravité. Par ailleurs, en instaurant un rythme et une musicalité relativement constantes, il permet d’embrasser tous les faits de l’actualité et contribue à caractériser le siècle dans son ensemble comme catastrophique, apocalyptique. Ce vers servirait donc moins à exprimer l’urgence (la nécessité de la fin de la dynamique meurtrière de ce siècle) qu’à porter un regard rétrospectif sur tout le siècle à travers une construction poétique qui donne une unité et un aspect solennel à la chronique.

3.2. Poésie et vérité

42 Même si la poésie a pu être le lieu de l’erreur, du leurre (une des causes du sentiment de culpabilité du poète résidait dans le fait d’avoir soutenu le régime stalinien et d’avoir rendu hommage au dirigeant dans des œuvres poétiques), le poète revendique avec FDM la capacité de la poésie de tout remettre en question. En effet, contrairement au cycle de production poétique antérieur caractérisé par la certitude et l’optimisme, on trouve dans plusieurs poèmes de FDM un questionnement autour de la notion de vérité.

43 Le poème « Así somos » illustre, sur un ton ironique, la perte de repères du poète à la suite de la crise du monde communiste :

Si ustedes saben cómo se hace
díganmelo y no me lo digan
porque aunque tarde he comprendido
que no lo sé, ni lo sabré,
y de tanto no haber sabido
sobreviviendo a mi ignorancia
creyeron que yo sabía

Yo los creía mentirosos:
pero después del sufrimiento
su mentira fue mi verdad.

(Cómo se hace para saber?
Para no saber cómo se hace?
Y los sabios de la mentira
siguen diciendo la verdad?)
(FDM : 456)

44 On voit dans cet exemple qu’à travers répétitions, chiasmes, contradictions et oxymores, la poésie semble être un lieu qui permet le questionnement, la négation, le doute, la contradiction, le paradoxe, la renaissance :

[…] por ser una experiencia del lenguaje en la que el sentido nunca se cierra, la poesía tiene esa ventaja sobre las ideologías por revelar una capacidad relativizadora e interrogante que es el mejor antídoto contra la osificación de la verdad en dogma. (Sicard, 1981 : 561).

45 Car ce qui est intéressant, c’est que cette chronique du XXème siècle ne signe pas le désespoir définitif du poète, ni la fin de son engagement au Parti communiste, il s’agit bien au contraire pour le poète d’une démarche vitale : grâce à la rédaction de cette chronique, il peut continuer à vivre et à écrire.

46 Pour conclure, on peut rappeler que les conditions d’énonciation et de réception de la chronique que constitue FDM sont spécifiques. En effet, à ce moment de sa vie, le chroniqueur est en pleine crise politique et poétique : il cherche une nouvelle voie d’écriture après les horreurs du siècle, et le lourd échec de l’engagement et du soutien au régime communiste sous la direction de Staline. Ce parti n’a pas su réaliser le projet utopique qu’il espérait, ni supprimer les injustices et inégalités dénoncées en 1950 dans CG. Ainsi, la chronique possède une fonction de dénonciation (politique, humaine, écologique), mais aussi de rédemption. En effet, le recueil s’inscrit dans un mouvement cathartique puisqu’il constitue la possibilité pour le poète de continuer à écrire, à vivre et à croire en un avenir meilleur. La figure du sujet poétique-chroniqueur porte le fardeau de la faute et lave de la même façon l’Humanité de ses péchés en adoptant les traits christiques du Sauveur que permet l’intertexte biblique. Ainsi, le chaos de l’histoire du XXème siècle est soumis, à travers le passage par la poésie, à un ordre: la voix poétique, prophétique, révèle aux lecteurs, aux hommes, les signes de son temps pour en livrer, malgré tout, un sens, et au sein d’une construction poétique qui semble permettre aussi un questionnement sur le monde et le sens de l’histoire.


Bibliographie

Biblia de Jerusalén, 1976, Bilbao, edición española Desclée de Brouwer, S.A.

Hobsbawm, Eric, 2000, L’âge des extrêmes : le court vingtième siècle, 1914-1991, Bruxelles, éditions Complexe Hobsbaum, 2000, L’âge des extrêmes : le court vingtième siècle, 1914-1991, Bruxelles, éditions Complexe

Loyola, Hernán, nov. 1996, « Primera aproximación al uso del eneasílabo en Pablo Neruda », Revista Chilena de Literatura, n° 49, Santiago, Universidad de Chile, p. 105-112.

—, diciembre 1999, « Neruda moderno-Neruda posmoderno », América sin nombre, núm. 1, p. 21-32.

Neruda, Pablo, 1999, Obras Completas I, Barcelona, Galaxia Gutenberg.

—, 2000, Obras completas III, Barcelona, Galaxia Gutenberg.

—, 2001, Obras completas IV, Barcelona, Galaxia Gutenberg.

—, [1977] 2007, Chant general, Paris, Gallimard.

Santí, Enrico Mario, 1978, « Neruda, la modalidad apocalíptica », Hispanic Review, n° 46, p. 365-384.

Sicard, Alain, 1981, El pensamiento poético de Pablo Neruda, Madrid, Gredos.

—, Primavera 1991, « Poesía y política en la obra de Pablo Neruda », Revista canadiense de estudios hispánicos, vol. XV, n° 3, p. 553-561.



Notes
1 Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, page consultée le 15 septembre 2014, « chronique », http://www.cnrtl.fr/definition/chroniques. 
2 Dans cet article, Canto General : CG ; Fin de mundo : FDM. 
3 Comme la guerre et le mensonge (Sicard, 1981 : 318-319). 
4 B. Gendrel, P. Moran, page consultée le 15 septembre 2014, «Atelier de théorie littéraire : Humour: panorama de la notion»,http://www.fabula.org/atelier.php?Humour%3A_panorama_de_la_notion 

Pour citer cet article
Référence électronique Mélina Cariz, «Fin de mundo (1969) de Pablo Neruda : une chronique poétique», América [En ligne], 48 | 2016, mis en ligne le 03 juin 2016. URL : http://america.revues.org/1551 ; DOI : 10.4000/america.1551

mardi 11 octobre 2016

LA PUERTA

Prólogo

LA PUERTA


Qué siglo permanente!

Preguntamos:
Cuándo caerá? Cuándo se irá de bruces
al compacto, al vacío?
A la revolución idolatrada?
O a la definitiva
mentira patriarcal?
Pero lo cierto
es que no lo vivimos
de tanto que queríamos vivirlo.

Siempre fue una agonía:
siempre estaba muriéndose:
amanecía con luz y en la noche era sangre:
llovía en la mañana, por la tarde lloraba.

Los novios encontraron
que la torta nupcial tenía heridas
como una operación de apendicitis.

Subían hombres cósmicos
por una escala de fuego
y cuando ya tocábamos
los pies de la verdad
ésta se había marchado a otro planeta.

Y nos mirábamos unos a otros con odio:
los capitalistas más severos no sabían qué hacer:
se habían fatigado del dinero
porque el dinero estaba fatigado
y partían los aviones vacíos.
Aún no llegaban los nuevos pasajeros. 

Todos estábamos esperando 
como en las estaciones en las noches, de invierno:
esperábamos la paz 
y llegaba la guerra.

Nadie quería decir nada: todos 
tenían miedo de comprometerse:
de un hombre a otro se agravó la distancia 
y se hicieron tan diferentes los idiomas 
que terminaron por callarse todos 
o por hablarse todos a la vez.

Sólo los perros siguieron ladrando
en la noche silvestre de las naciones pobres.
Y una mitad del siglo fue silencio:
la otra mitad los perros que ladraban
en la noche silvestre.

No se caía el diente amargo. 

Siguió crucificándonos.

Nos abría una puerta, nos seguía 
con una cola de cometa de oro, 
nos cerraba una puerta, nos pegaba 
en el vientre con una culata, 
nos libertaba un preso y cuando
lo levantábamos sobre los hombros
se tragaba a un millón el calabozo,
otro millón salía desterrado,
luego un millón entraba por un horno
y se convertía en ceniza. 

Yo estoy en la puerta partiendo 
y recibiendo a los que llegan.

Cuando cayó la Bomba
(hombres, insectos, peces calcinados)
pensamos irnos con el atadito,
cambiar de astro y de raza.
Quisimos ser caballos, inocentes caballos.
Queríamos irnos de aquí.
Lejos de aquí, más lejos.

No solo por el exterminio,
no sólo se trataba de morir
(fue el miedo nuestro pan de cada día)
sino que con dos pies ya no podíamos
caminar. Era grave 
esta vergüenza
de ser hombres
iguales
al desintegrador y al calcinado.

Y otra vez, otra vez. 
Hasta cuándo otra vez?

Ya parecía limpia la aurora
con tanto olvido con que la limpiamos
cuando matando aquí matando allá,
continuaron absortos
los países
fabricando amenazas y guardándolas
en el almacén de la muerte.

Sí, se ha resuelto, gracias:
nos queda la esperanza.

Por eso, en la puerta, espero 
a los que llegan a este fin de fiesta:
a este fin de mundo.

Entro con ellos pase lo que pase. 

Me voy con los que parten 
y regreso.

Mi deber es vivir, morir, vivir.







Pablo Neruda, « Exilios » dans ( Fin de Mundo ),  De «Arte de pájaros» a «El mar y las campanas», 1966-1973, (Obras completas, tomo III) pages 395-397 Edición de Hernán Loyola. Galaxia Gutemberg, Primera edición : Barcelona, 2000.  

jeudi 6 octobre 2016

EXILIOS

Unos por haber rechazado
lo que no amaban de su amor,
porque no aceptaron cambiar
de tiempo, cambiaron de tierra:

sus razones eran sus lágrimas.

Y otros cambiaron y vencieron
adelantando con la historia.

Y también tenían razón.

La verdad es que no hay verdad.

Pero yo en mi canto cantando
voy, y me cuentan los caminos
a cuántos han visto pasar
en este siglo de apátridas.
Y el poeta sigue cantando
tantas victorias y dolores
como si este pan turbulento
que comemos los de esta edad
tal vez fue amasado con tierra
bajo los pies ensangrentados,
tal vez fue amasado con sangre
el triste pan de la victoria.





Pablo Neruda, « Exilios » dans ( Fin de Mundo ),  De «Arte de pájaros» a «El mar y las campanas», 1966-1973, (Obras completas, tomo III) pages 502-503  Edición de Hernán Loyola. Galaxia Gutemberg, Primera edición : Barcelona, 2000.  

vendredi 30 septembre 2016

NERUDA - LA CRITIQUE - FESTIVAL DE BIARRITZ


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

AFFICHE DU FILM

Acclamé lors de sa présentation à la Quinzaine des Réalisateurs lors du dernier Festival de Cannes, «Neruda», le 6ème long-métrage de Pablo Larrain («Fuga», «Tony Manero», «Santiago, Post Mortem», «No», «El Club») a reçu le même accueil enthousiasme à Biarritz. Loin du biopic, ce film tient plus du poème policier, voire du western...

NERUDA BANDE ANNONCE (CANNES 2016)


video

Le synopsis

1948, la Guerre Froide s'est propagée jusqu'au Chili. Au Congrés, le sénateur Pablo Neruda (Luis Gnecco) critique ouvertement le gouvernement. Le président Videla demande alors sa destitution et confie au redoutable inspecteur Oscar Peluchonneau (Gael Garcia Bernal) le soin de procéder à l'arrestation du poète. Neruda et son épouse (Mercedes Moran) échouent à quitter le pays et sont alors dans l'obligation de se cacher. Le poète joue avec l'inspecteur, laisse volontairement des indices pour rendre cette traque encore plus dangereuse et plus intime...


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


La critique

NERUDA : LES PHOTOS PROMO DU FILM 
COPYRIGHT DIEGO ARAYA - FABULA - AZ FILMS -
FUNNY BALLOONS - SETEMBRO CINE - ALL RIGHTS RESERVED
Alors que la plupart des biopics made in Hollywood sont des illustrations surlignées de Wikipedia, Pablo Larrain se sert du fragile fil de la véracité comme d'une simple corde pour hisser son scénario au-dessus de la réalité, au pays des fantasmes et des rêves. Aussi, le portrait du Pablo Neruda de ce thriller biographique ne suit-il pas une route chronologique goudronnée par l'encre des livres d'histoire, mais un chemin escarpé qui vous entraînera des orgies d'une gauche chilienne caviar aux étendues neigeuses de la cordillière des Andes. «J'ai voulu capturer un aigle sans savoir voler», avoue piteusement le flic chargé de mettre le poète en cage. Pablo Larrain, lui, a les ailes et l'envergure cinématographique qu'il faut pour pouvoir planer à la hauteur de cette figure incontournable de l'histoire contemporaine chilienne.

Du cinéma en vers, et contre tous...

NERUDA : LES PHOTOS PROMO DU FILM 
À mi-chemin entre un Sorrentino («Il Divo») et un Jodorowsky («Poesia sin fin» son nouveau film, sera projeté samedi 1er octobre au festival de Biarritz, et sortira sur les écrans le 5 octobre prochain), «Neruda» évite les excès du surréalisme pour se contenter d'une forme de réalité augmentée. Plantant ses serres pamphlétaires dans le gras du monde politique, il griffe d'un humour acéré les intellectuels communistes qui, comme Neruda, donnent des coups de bec à travers leur cage dorée. Mais sa vie de pacha et de patachon, n'aura pas empêché ce bon vivant, cet amateur de femmes et de fêtes, de traduire avec ses mots, les maux de la classe ouvrière.

NERUDA : LES PHOTOS PROMO DU FILM 
Porte-parole de la souffrance de tout un peuple, ce bourgeois, ce sénateur à la sensibilité prolétarienne est devenu un héros épique. C'est cette dimension romanesque qu'explore le film, en n'hésitant pas à rouler dans les ornières du polar, avant de chevaucher au coeur des vastes étendues du western. Luis Gnecco au physique proche de son personnage, restitue avec pertinence et nuances toute l'ambiguité de ce poète libertin épris de liberté. Gael Garcia Bernal retrouve ici Pablo Larrain qui l'avait dirigé dans «No». Si l'acteur mexicain hérite du «mauvais» rôle, celui du méchant flic, il s'en acquitte avec brio. Gael Garcia Bernal sait se sortir vainqueur même de la peau de vache d'un loser. Autre personnage principal de ce film, les poésies de Neruda qui ponctuent le récit, et lui filent le train comme une traînée de poudre. Pablo ne savait pas tirer au pistolet, mais ces mots eux, font toujours mouche...  

dimanche 4 septembre 2016

DÉCÈS DE LA POÉTESSE SARA VIAL, GRANDE FIGURE DE LA SCÈNE LITTÉRAIRE CHILIENNE


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]



INTERVIEW SARA VIAL À NERUDA. 
DANS LA BIBLIOTHÈQUE DE LA SEBASTIANA.
PHOTO GUILLERMO ESTAY MENESES

Elle avait reçu plusieurs distinctions littéraires, dont le Prix Gabriela Mistral en 1976 et le Prix Pedro de Oña en 1981. 

Sara Vial était une grande amie du célèbre poète chilien Pablo Neruda, Prix Nobel de littérature 1971. 

Ses œuvres reflètent son grand amour pour sa ville natale, Valparaiso, déclarée par l’UNESCO patrimoine de l’humanité.