Diaporama de Pablo Neruda.
Traitement des images, restauration, Guy Desmurs

Citation de Pablo Neruda

samedi 10 novembre 2007

Barcarolle


Si seulement tu touchais mon cœur,

si seulement tu posais ta bouche sur mon cœur,

ta bouche fine, tes dents,

si, telle une flèche rouge, tu posais ta langue

là où mon cœur poussiéreux martèle,

si tu soufflais dans mon cœur, près de la mer, en pleurs,

on entendrait un bruit sombre, un roulement de train engourdi,

un froissement d’eaux troubles,

comme l’automne en feuilles,

comme le sang,

une explosion de flammes humides embrasant le ciel,

le rêve d’un rêve, hanté de branches ou de pluies,

ou de sirènes de port en deuil,

si tu soufflais dans mon cœur près de la mer,

comme un fantôme livide,

au bord des vagues,

à la croisée des vents,

comme un fantôme déchaîné, près de la mer, en pleurs,

comme une absence prolongée ou un tintement subit.


Sous le cœur, c’est la mer qui bat,

lorsqu’il pleut, sur la côte dépeuplée, à la tombée du jour :

la nuit tombe sans doute,

et son bleu sinistre d’étendard

se troue de planètes éraillées.


Résidence sur la Terre, Traduction de Bernardo Toro

Aucun commentaire: